Le Cri

  • Année de publication : 2018
  • Chez :
  • Genres :
    Fiction
  • Nombre de page : 560 pages
  • Prix éditeur : 8,30
  • ISBN : 2266279866
  • Source : Amazon

Extraits & Citations (0)

Les avis sur ce livre (1)

Les avis

Krys Aline a commenté Le Cri :
Le 12 juin, 2018 - 08:05

J'avoue avoir acquis ce livre « à cause » de (ou « grâce à », c'est selon…) sa magnifique couverture, mystérieuse et évocatrice mais je dois dire qu'il n'a rempli ses promesses qu'à moitié et finalement je ressors de l'aventure avec un avis très « mitigé »….

Tout commence sur les chapeaux de roue : un hôpital psychiatrique, un cadavre, une mort suspecte, une inspectrice avec des problèmes dans sa « life »… ça démarre fort et bien !! … le dit « mort », se serait étranglé lui-même… un suicide ? Peu plausible (car enfin, peut-on raisonnablement se serrer la gorge soi-même suffisamment fort jusqu'à strangulation complète ??) comme le souligne le légiste, qui diagnostique plutôt un arrêt cardiaque suite à une « très très grosse frayeur »… de quoi a-t-il bien pu avoir si peur ? le suspense est total, et l'enquête commence bien…

Sarah Geringën, qui vient de se faire méchamment larguer par son cher et tendre va se lancer à corps perdu dans l'enquête sur ce curieux patient de l'hôpital psychiatrique norvégien de Gaustad qui a une bien étrange inscription sur le front et dont personne ne semble se souvenir d'où il vient. le patient « 488 » ainsi surnommé à cause de cette fameuse inscription, qui couvrait sa chambre des mêmes graffitis inlassablement sans que personne ne sache ce qu'ils signifient, va les emmener de Norvège, à Paris, puis à Londres, sur l'ile de l'Ascension, aux États-Unis dans le Minnesota et même à Nice pour le retour en France! A Paris, elle y fera la rencontre de Christopher, journaliste d'investigations et de terrain avec qui elle continuera l'enquête et quelle enquête !!

Ça tourne carrément au « James Bond » où les héros ne mangent jamais, ne dorment pas et continuent à se battre malgré les coups et la douleur. C'est simple, ils sont « increvables » !! de vraies « machines de guerre » !! Et même s'ils ne sont pas tous formés pour et bien ça n'est pas grave, ils sont « trop forts » quand même !!.... même « mort », ils ne le sont pas !!!! C'est tout de même parfois un peu « gros » à avaler mais qu'importe ; pas de temps mort, ça bouge, il y a de l'action (plein d'action), des courses-poursuites à la limite de la crédibilité, un chouïa de romance, beaucoup de déduction, un brin d'ésotérisme, des expérimentations pseudo-scientifiques : donc, tout y est... Justement c'est là que le bât blesse, il y a trop de tous les genres en fait… polar nordique, espionnage, chick-lit, roman cabalistique, dark romance. On se croirait dans un film en cinémascope (on voit là le côté « scénariste » de l'auteur qui ressort bien)…

Oui….. Oui mais voilà, la fin m'a beaucoup déçue et n'est pas du tout à « la hauteur » du bouquin à mon sens. C'est un peu comme un soufflé qui serait « monté » à la cuisson, puis serait retombé brusquement d'un coup, à sa sortie. Ça m'a fait quasi le même effet. La tension monte petit à petit au fil des pages et on y prend plaisir …. pour redescendre d'un coup à la fin. Plaffff !!! Comme « un plat » à la piscine !

Quand Sarah arrive à l'H.P., le thriller prend une bonne tournure, quand elle rencontre Christopher, le frère de celui qui a mis « le feu aux poudres » finalement, on commence à « tiquer » ; quand intervient une histoire de tout-vilain-pas-beaux de la CIA avec leurs expériences et leurs méthodes plus que douteuses, on se dit que ça devient « too much » avec le côté « factice » des bagarres à l'américaine… et la fin, servie comme un feu d'artifice avec un bouquet « final » d'enfer reste malgré tout « convenue » (comme un scénario bien rodé, typographié et réglé à la virgule près) et m'a laissée un peu de marbre. Vraiment dommage car j'avais été emballé par la première partie consacrée à l'univers psychologique et psychiatrique. Je n'en garderai malheureusement pas un souvenir impérissable !

A propos de l'auteur
Nicolas BEUGLET
Du même auteur (1)

& aussi