Discours de la servitude volontaire

Résumé

Le Discours de la servitude volontaire par Étienne de la Boétie

Le Discours de la servitude volontaire est le produit d’une utopie,

mais d’une utopie grande et noble. À chaque page s’exhale le plus
pur et le plus sincère amour de l’humanité.

Rien de plus hardi, mais aussi rien de plus honnête n’a été écrit
« à l’honneur de la liberté contre les tyrans », que ce petit traité
qu’on prendrait, selon la belle expression de Villemain, « pour un
manuscrit antique trouvé dans les ruines de Rome, sous la statue
brisée du plus jeune des Gracques ».

Tout y est antique, en effet : la forme, l’inspiration, les pensées.
La forme est de cette beauté sobre, aux lignes nettes et pures qui
caractérisent l’art de la Grèce.

Au dire de Montaigne, c’est une lecture de Plutarque qui inspira
cette amplification oratoire, et les sentiments en sont si austères
que nul penseur ancien ne les désavouerait.

La passion qui y domine est cet amour ardent de la liberté qui fait
parfois les Harmodius et les Thraséas, mais tempéré, ici, par le
respect de la justice et on y retrouve ce culte de la fraternité qui
honorait la morale stoïcienne.

Suivant La Boétie, la nature ne nous a faits inégaux « qu’afin de
nous entreconnoistre tous pour compaignons, ou plustost pour frères ».

Sublime illusion, dont sont capables seules les âmes délicates, et qui
confond dans un même élan l’égalité et la charité !

Extraits & Citations (0)

Les avis sur ce livre (0)

A propos de l'auteur
Etienne de La Boétie
Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le...
Du même auteur (101)

& aussi