Prix Danielle Mitterrand 2018

Golshifteh Farahani: «La force des mots pour combattre l'ignorance»

Golshifteh Farahani est la lauréate 2018 de la Fondation France Libertés. L’actrice et musicienne franco-iranienne nous parle de ses engagements pour la  liberté, ainsi que de son goût pour la poésie, les livres et le cinéma. Une rencontre qui exprime avec conviction la force des mots engagés.

Golshifteh Farahani à la Maison des Métallos lors de la cérémonie de remise des prix de France Libertés. Photo Olivia Phélip.

Légende photo : L’actrice franco-iranienne Golshifteh Farahani.

C'est une histoire d'engagement et de liberté. Gilbert Mitterrand, le Président de la Fondation France Libertés a remis le prix spécial Danielle Mitterrand 2018 à l’actrice et musicienne franco-iranienne Golshifteh Farahani. 

Golshifteh Farahani, actrice et musicienne franco-iranienne

Née en 1983 à Téhéran, Golshifteh Farahani est une "guerrière de la paix" belle, éprise de liberté, dont les combats rejoignent les engagements de Danielle Mitterrand. L'icônique fondatrice de France Libertés affirmait avoir appris très jeune à « remettre en cause, interpeller l’incompréhensible, l’inadmissible, se rebeller contre les autorités qui se drapent dans leurs titres ou se cachent derrière leurs prérogatives ». 
Un enseignement précieux partagé de toute évidence avec Golshifteh Farahani, qui dès son adolescence en Iran n'a pas hésité à défier les autorités et à se révolter contre les limites imposées aux femmes. Jusqu'à connaître la prison, puis l'exil. Elle poursuit son engagement aujourd'hui, dans l'expression de son art et par les paroles et les personnages qu'elle incarne. Femme de l'être et femme de lettres, l'actrice affirme sans détour son goût des textes et des mots. Elle cite le poète Saadi et son combat contre l'ignorance.  « Elevez vos paroles, pas votre voix», cite-t-elle. 

Légende photo : Golshifteh Farahani qui vient de recevoir le prix spécial Danielle Mitterrand exprime sa reconnaisance aux côtés de Gilbert Mitterrand, le Président de la Fondation France Libertés.


Rencontre avec une combattante de la liberté

C'est avec cette voix douce et puissante qu'elle nous accueille, alors que nous la rencontrons à la Maison des Métallos. Une voix qui porte un cri intérieur avec une grande élégance, une voix qui fait chanter les sonorités des voyelles, et dépasse les consonnes sans résistance. Une voix qui parle au nom des femmes et de tous les exilés. Une voix qui raconte la lumière de la poésie contre les ombres de l'obscurantisme.

Viabooks : Paroles d'exil, pensées d'exilée?
Golshifteh Farahani:
L'exil est un handicap de l'âme. Il ne se voit pas sur nos visages, mais nous le portons comme une blessure, quelles que soient les circonstances de cet exil. Alors, oui, il reste les mots. Cette liberté que j'affirme pour la "dire", ce que je fais au travers de mes rôles, que je souhaite incarner dans ma vie lorsque je voyage partout dans le monde, toujours en mouvement, jamais apaisée, mais tellement bouillonnante.

Vous refusez les discours de victimisation ?

G.F. : Ne comptez pas sur moi pour jouer les victimes ! Je suis une combattante malgré moi et je me sens une responsabilité au nom de mon pays, l’Iran, mais aussi au nom de tous ceux qui ont des combats à mener. C’est en cela que le prix de la Fondation France Libertés me touche particulièrement, car Danielle Mitterrand était une personne magnifique qui avait aussi épousé tous les combats humains.

« Une femme révoltée »…

G.F. : Il s’agit pour moi d’une résistance organique à toutes les injustices. Je ne peux m’en empêcher ! Mais je n’aime pas les mots vides. Comme les drapeaux, toutes ces postures qui se veulent solennelles et qui masquent souvent leur humanité, me hérissent. Les injustices sont concrètes, les mots creux sont illusoires.

Vous aimez citer le poète Saadi qui évoque la poésie comme arme de paix

G.F. : Le poète disait qu’ « On ne crie pas contre le silence mais qu’on se bat contre l’ignorance ». Le cinéma, les livres, la poésie, la musique... tous les arts forment tous un combat contre l’ignorance. C’est ce que j’essaie de faire à mon niveau.  Porter une conscience par mes actes, affirmer qu’il ne faut jamais renoncer à sa liberté.

Légende photo : Les deux lauréats du prix Danielle Mitterrand 2018, Geovani Krenak qui représente le peuple Krenak et  Golshifteh Farahani.

Comment vivez-vous entre plusieurs lieux et plusieurs langues ?
G.F. :
Lorsque l’on perd son pays, on perd sa langue. La pensée se transforme selon la personnalité linguistique et culturelle. De plus, j’ai appris à m’exprimer de manière pus simple, car je ne possède pas toujours toutes les subtilités du français ou de l’anglais par rapport au farsi par exemple. Le français est une langue nasale et intellectuelle. Le farsi est une langue qui vient du ventre. C’est le langage du corps. Je joue aussi dans différentes langues et je me sens très différente selon.

Et quand vous écrivez ? Quelle est votre langue ?

G.F. : J’écris en anglais et en français, pas souvent en farsi. Pourtant mon père est un grand écrivain. La langue de l’écriture, c’est aussi celle de mon père ; mais pour moi, l’anglais et le français se mélangent comme les langues du réel. Je crois que pour écrire, il me faut rester reliée au réel. Le farsi reste mon socle imaginaire. Ecrire crée le pont entre tous « mes » mondes : imaginaire, réel…

La place des livres dans votre vie ?

G.F. : J’ai grandi entourée de livres, nourrie par l’écriture de mon père. Je me consacre au cinéma, qui est aussi une narration. Toutes ces écritures participent d’un monde qui se nourrit des mots, des idées et des émotions. Et les mots sont les plus belles armes de la liberté.

En savoir plus

4
 

En ce moment

Adaptation des romans cultes de Roald Dahl bientôt sur Netflix

La star de la littérature jeunesse Roald Dahl, auteur des livres cultes comme Charlie et la Chocolaterie (Gallimard, 1

David Diop lauréat du Goncourt des lycéens 2018 pour "Frère d'âme"

David Diop a reçu  le prix Goncourt des lycéens 2018 coorganisé par la Fnac et le ministère de l’Education nationale des lycéens pour 

Philippe Lançon, lauréat du prix Femina 2018 pour "Le Lambeau"

Le prix Femina a été attribué au livre Le Lambeau de Philippe Lançon (Gallimard), lundi 5 novembre.

Dernière sélection pour le prix Renaudot

Le jury du prix Renaudot a annoncé, mercredi 31 octobre, ses finalistes pour 2018.

Le TOP des articles

& aussi