Lire-Ecrire

Rencontre avec Serge Joncour

Serge Joncour, l'auteur du très remarqué "L'écrivain national" (Flammarion) nous parle de son engagement dans l'écriture, de sa passion pour les livres et de son éternel questionnement sur le mystère des mots. Rencontre avec un écrivain national qui est entré dans les lettres comme on entre dans les ordres.

Viabooks : Avez-vous des rituels particuliers ou des habitudes lorsque vous écrivez ?

Serge Joncour : « Ecrire chez moi. Avec des boules Quiès, il n’y aucun bruit chez moi, mais les boules Quiès me permettent de m’isoler dans un « intérieur », à l’intérieur de chez moi, j’ai pratiqué la natation pendant dix ans, et c’était une immersion très songeuse parfois, j’ai la sensation de retrouver ça. Je lis de la même façon ». 

Vous imposez-vous des quotas : « j’écris tant de signes/mots par jour » ?

Serge Joncour : « Non. Si je n’écris pas, je n’écris pas. Ou bien je réécris les pages précédentes, manière de me rendre utile, à mon texte. Pour le reste j’ai un genre d’horaires. Très souples, mais quand même. Des horaires ».

 Utilisez-vous l’informatique, une machine à écrire, un enregistrement vocal, des cahiers ou/et un stylo particuliers ?

Serge Joncour : « J’écris à l’ordinateur, ou sur du papier, ou sur des bouts de papiers, un roman est un peu un collage. Mais le tout se rassemble sur un ordinateur ». 

Etes-vous adepte du premier jet ou de la longue réécriture ?

Serge Joncour : « Hélas, longue écriture, hélas. Ça procède d’une longue préméditation, ça avance lentement. Mais comme pour la quête de métaux précieux, parfois, des éclats viennent en entier, des gros morceaux. Trois pages. Cinq pages »

Quand vous êtes- vous dit la première fois : « je suis écrivain » ? Et qu’est-ce que cela signifie  pour vous d’être écrivain ?

Serge Joncour : « Bien avant de publier, dans une mythomanie assumée. En fait ça participe de l’intime conviction. Aux autres après de le reconnaître ou pas. Ce n’est pas un mot si grave, ni compromettant, ni magique, ou sorcier. C’est un engagement malgré tout ».

Et qu’est-ce que cela signifie  pour vous d’être écrivain ?

Serge Joncour : « Etre à peu près libre, calmement perdu, pas trop serein, complètement ouvert, du moins absolument pas étanche ».

Vous sentez-vous appartenir à une famille d’écrivains et si oui laquelle ?

Serge Joncour :« On me classe à la lettre J ».  

Lisez-vous beaucoup, rapidement, en prenant des notes ? Et qu’utilisez-vous comme marque-page ?

Serge Joncour : « Boules Quiès donc. Je corne les pages, en haut pour savoir où j’en suis, et en bas quand la page est capitale, ou sublime, je prends des notes sur les livres, je souligne des phrases. Je ne lis pas rapidement. Ou parfois je survole, tout dépend de la façon dont le livre m’attrape. Un livre m’accompagne un temps. Le livre est donc comme un fragment de mon archéologie personnelle, j’y retrouve, de vieux tickets de métro jaune, des numéros de téléphone, des notes, des tickets de caisse, de bar bien souvent ».

Comment lisez-vous ? Uniquement par plaisir ou de manière très concentrée, voire professionnelle, pour mieux décortiquer le travail de l’auteur ?

Serge Joncour : « Je lis par plaisir, et de manière très concentrée.  Je décortique, effectivement, ça m’arrive d’avoir ce regard là, démonter le réveil pour voir comment il donne l’heure ».

Comment choisissez-vous vos lectures : en lisant les critiques, en regardant les 4 e de couv’, en écoutant les conseils de proches, par hasard…

Serge Joncour : « Un peu tout ça. Il y a un moment  où le désir vient, d’un livre, souvent, uniquement à cause d’une phrase citée, d’un extrait en italique dans une critique. Un petit rien. Un malentendu aussi. Je lis la première page, et au hasard j’ausculte. Parfois, de lire la première page, donne réellement l’envie de lire la deuxième, et ainsi de suite… »

Quel a été votre premier « choc » de lecteur ?

Serge Joncour : «Je ne sais pas. Peut–être Jules Vernes, sans doute, en me disant : on peut donc oser faire tout ça ! »

Que lisez-vous actuellement ? Et qu’en pensez-vous ?

Serge Joncour : « Je lis plusieurs livres en même temps. Là, j’ai trouvé un vieux Simenon sur les quais. Un livre d’un auteur anglais qui a bonne presse, et dans lequel je m’ennuie fermement, pourtant la première page donnait envie, mais je vais arrêter, à peu près au premier tiers. Les Enfants Tanner que je n’avais pas lu, dans lequel je souligne beaucoup de phrases, du coup, et parfois même, une page de douce poésie folle. Le premier roman de Claudie Gallay. Des nouvelles de Murakami. Un livre de Sandor Marai, un auteur hongrois. Ces deux derniers livres cités là ont été déposés dans mon local de boite aux lettres, c’est un rite dans mon petit immeuble, des voisins déposent des livres, moi aussi, il y a là comme une bibliothèque volante. Manière aussi de se débarrasser. 

Avez-vous un livre de chevet-fétiche ?

Serge Joncour « Livre de chevet, ça me fait peur, comme expression. Un livre qui serait à mon chevet, ou au chevet duquel je serais, dans les deux cas il y en a des deux qui ne va pas fort. J’ai un vieil exemplaire des Fleurs du mal, qu’un temps, adolescent, j’avais toujours dans la poche de ma veste « rouge Fuchsia »… J’apprenais par cœur, et révisais, pour en dire. Mais livre de chevet, non, je ne sais pas quoi répondre, il y en a eu des chevets ». 

Offrez-vous souvent le même ouvrage à vos proches ? Lequel ?

Serge Joncour : «Non, mais j’aime les gens qui le font ».  

Leur offrez-vous les livres que vous avez écrits ? Attendez-vous qu’ils vous donnent leur avis ou préférez-vous ne pas le connaître ?

Serge Joncour : « J’en donne peu autour de moi, c’est très gênant ».

Vous arrive-t-il de relire vos livres ? Lesquels ? Pourquoi ? Et qu’en pensez-vous ?

Serge Joncour :« Non, je ne les relis pas ».

Auriez-vous une question que vous souhaiteriez poser à un auteur (disparu ou vivant) ?

Serge Joncour : « Des questions, j’en pose souvent aux auteurs quand j’en croise, sur leur méthode justement, sur l’état de leur auto-conviction, l’intuition qu’ils ont de leur roman au moment où ils le commencent. Je suis assez curieux de la vie des auteurs, surtout ceux aux vies assez déconstruites. J’aurais bien aimé suivre Simenon lors d’une de ses marches, ou Tchekhov filant vers la Sibérie, malade comme un chien, ou trouver un médecin à Maupassant ».

A quoi ressemble votre bibliothèque ? Les ouvrages sont-ils rangés selon un classement particulier ? Déborde-t-elle ? A-t-elle une histoire ?

Serge Joncour : « Elle est dérangée. Totalement. C’est assez peu rassurant de me dire que je dois être rangé comme ça intérieurement ».

Que pensez-vous du livre numérique : Jamais pour vous ! Peut-être en voyage ? Pourquoi pas je me suis bien mis à l’iPod !

Serge Joncour : « Jamais pour vous ! Ah ça… Peut-être en voyage, oui, pour le voyage surtout !
Pourquoi pas je me suis bien mis à l’iPod ! Mais bon, je l’ai perdu deux fois. De toute façon que je parte deux jours ou deux mois, j’ai toujours un énorme sac, et une dizaine de livres dedans, j’aime bien l’idée que ces choses-là aient un poids, que ce soit encombrant, que ce soit un effort de les emmener, j’aime bien qu’un livre soit un volume qui ait sa façon particulière d’occuper l’espace, un volume quoi ».

Quel est votre dernier ouvrage paru ou à paraître ?

Serge Joncour : «L'écrivain national  (Flammarion).

2.5
 

En ce moment

"La première fois", thème du nouveau concours de nouvelles lancé par MonBestSeller

Le site des auteurs indépendants et riches de nombreux talents, Mon Best Seller, lance un nouveau cocours de nouvelles sur le thème de

Olivier Norek lauréat 2019 du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs avec "Surface"

Le 42ème Prix Relay des Voyageurs Lecteurs a été décerné à Olivier Norek, pour son livre Surface aux éditions Michel Lafon.

"Ne reste pas à ta place", un livre inspirant de Rockaya Diallo

Après une belle bibliographie, la militante Rokhaya Diallo frappe fort avec son nouveau livre sorti le 27 mars dernier aux éditions Marabout.

"L'archipel français",de Jérôme Fourquet reçoit le Prix du livre Politique 2019

Le samedi 30 mars 2019, Jérôme Fourquet, directeur département de l'opinion de l'Ifop et politologue a reçu le prestigieux Prix du l

Le TOP des articles

& aussi