«Mirages et déraisons»

Régine Fournon-Gohier : « La passion est dévorante »

Régine Fournon-Gohier a été enseignante, puis psychologue pendant 40 ans. Elle aborde dans son premier roman Mirages et déraisons, les ressorts d'une amitié passionnelle entre deux femmes. Jalousie, emprise, destruction... tous ces sentiments sont abordés sans concession. Rencontre avec une auteure qui sait utiliser le scalpel des mots, pour inciser dans la chair des émotions.

Ce livre est une introspection. Considérez-vous qu’il est une autobiographie, un journal, ou une autofiction ?

-Régine Fournon-Gohier : Il fut d’abord un journal, dans lequel je déversais toutes mes émotions. Il est devenu plus tard un récit autobiographique.

Avez-vous ressenti la nécessité d’écrire, peut-être moins dans votre statut d’écrivain que dans la nécessité absolue d’auto-analyse ?

-R.F.-G. : L’écriture permet d’objectiver les situations, de prendre de la distance avec ses émotions. Elle n’est pas une » nécessité » absolue, mais  une manière de sublimer le vécu. Cependant, la forme, le choix des mots, les images font partie de ce qui, me semble- t-il, révèle une disposition à l’écriture, voire, pourquoi pas, un talent.

On sent toute la précarité de l’état d’ « amour » dans votre récit. Pouvez-vous nous en dire plus ?

-R.F.-G. : Je vous dirais que comme dans la chanson « l’amour est enfant de bohème » il est fugace, envahissant, fluctuant. Il nous tombe dessus et nous déstabilise. Mais il donne aussi un sens à la vie et il est à l’origine de moments merveilleux. Le souvenir d’un amour, c’est encore de l’amour ,même si c’est lointain, même si c’est parfois douloureux.

L’homosexualité dans les années 70, arrive bien sûr après 68. Au delà de votre expérience, l’époque rend-elle cette passion plus difficile?

-R.F.-G. : Oui, à cette époque là c’était tabou et les relations entre personnes du même sexe dérangeantes et bannies. Mais mon livre parle de sentiments, sentiments excessifs, amitié passionnée, mais je n’ai jamais envisagé une relation homosexuelle.

La jalousie est le cancer de la relation amoureuse. Elle est dévoratrice. Vous ne vous épargnez pas dans cette description …

-R.F.-G. : Bien sûr, j’ai cruellement souffert de la jalousie. L’amour passionnel  est destructeur, dévorateur et peut conduire à la folie. La possessivité est un cancer difficilement maîtrisable, mais révèle le plus souvent une peur panique de l’abandon.

Une affection naissante est faite de pudeur, de pauses et d’avancées ; vous en rendez compte et l’analyse de ces étapes sont au coeur de votre écriture.

-R.F.-G. :  Oui, l’amour passe par toutes ces étapes.
Tour à tour compassionnelle, amoureuse, jalouse, destructrice… vous passez par toutes les couleurs des sentiments ; est-ce le passage obligé de toute passion ?
Vivre une passion est un tourbillon de sentiments, de sensations, de contradictions. On passe du ciel et des étoiles, à la frustration et à l’amertume. De la fusion à la solitude morale, du paradis à l’enfer. Passion vient de Pâtir, c'est-à-dire souffrir. Comme dans une drogue, il y a des moments de nirvana et des « descentes » terribles.

On comprend que, pour vous, qu’un amour peut se terminer, quand l’autre comprend qu’il ne vous oubliera jamais...

-R.F.-G. :  Est-ce l’autre qui ne m’oubliera jamais ? Ou moi qui garderai ce souvenir ? Un souvenir souvent idéalisé. Pour mon cas personnel  il n’y a pas de rupture au niveau des sentiments : j’aimerai toute ma vie les personnes que j’ai un jour aimées.

Votre livre passe du statut de journal à une réflexion distante sur la nature et la portée de cette relation. Cette mise à distance est-elle nécessaire dans l’écriture ?

--R.F.-G. : L’écriture permet de se libérer. Elle incite à la réflexion sur soi et sur ce que l’on a vécu. Lorsqu’on écrit et que l’on publie, c’est aussi pour être lu. Un livre porte témoignage, beaucoup de personnes peuvent s’y reconnaître. Un jour une personne au bord du suicide a lu mon livre, qui n’était encore qu’un modeste manuscrit. Elle s’y est reconnue et a été sauvée d’elle-même. J’en ai été surprise et très heureuse. C’est peut-être cela qui m’a poussée à écrire.

>Régine Fournon-Gohier, Mirages et déraisons, Amazon éditions
>>pour acheter le livre, cliquer sur ce lien

0
 

En ce moment

La littérature jeunesse en fête à Montreuil du 29 novembre au 3 décembre 2017

Le célèbre et incontournable Salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil qui se déroule du 29 novem

Venez rencontrer Richard Russo, lauréat du Grand Prix de Littérature Américaine 2017

Lauréat du Grand Prix de Littérature Américaine 2017 pour

36e Foire de Brive : une affluence record

Placée sous la présidence de Laurent Gaudé, la 36e Foire du livre d

Le TOP des articles

& aussi