A propos de Philip Roth

L'éclairage de Steven Sampson

 Steven Sampson, spécialiste de Philip Roth répond à nos questions sur Philip Roth l'auteur de La tache et plus récemment d'Indignation. Il confronte aussi ce texte aux autres ouvrages de l'auteur.

 Viabooks: Depuis quand vous intéressez-vous aux textes de Philip Roth?

S. S: J'ai choisi de faire un doctorat sur Philip Roth à Paris VII, Université Paris Diderot dans le cadre de l'UFR d'études anglophones. J'ai soutenu cette thèse en 2008. J'ai par ailleurs écrit un essai littéraire Corpus Rothi. Je me suis attaqué à cette oeuvre passionnante car il n'y avait pas encore beaucoup d'études sur cet auteur.
 

V: Il est intéressant de voir à quel point Indignation de Philip Roth provoque l'événement en France, est-ce la même chose aux Etats Unis?

S.S: En effet, il me semble qu'aujourd'hui, on lit Philip Roth avec une frénésie en France. Aux Etats Unis, ce phénomène s'est produit il y a déjà un moment. C'est étonnant de vivre cela en France en tant qu'américain.
 

V: Dans l'article que vous avez consacré à Indignation dans La Revue Littéraire vous soulignez la figure du Dybbuck. Pouvez- vous revenir sur ce thème?

S.S: Indignation a de nouveau comme narrateur un fantôme. Le dybbuk revient en arrière pour revisiter sa vie et élucider des problèmes non résolus. Il tente de dénouer les fils de sa vie pour enfin trouver le repos. L'utilisation d'un narrateur fantôme permet à l'auteur d'adopter le point de vue d'une personne qui se trouve déjà dans l'au-delà.
 

V: Comment situez-vous Indignation dans le corpus des textes de Roth? 

S.S: Indignation fait partie d'un corpus de quatre livres qui a commencé avec Un Homme.  Philip Roth travaille par cycles parallèles. Dans le cas d'Indignation, il a choisi la forme de la novella. La figure du fantôme revenant est comme je le dis dans mon article le point de continuité entre Indignation et ses deux romans précédents. Indignation est encore un texte épuré tragique, stoïque, profondément désespéré. Ce roman est aussi plus condensé que d'autres, reprenant des éléments de l'enfance contrastée de l'auteur à Newark. Dans une certaine mesure, c'est peut être un ouvrage plus classique, tendant vers l'universel. Les deux autres textes du cycle The Humbling et Némésis sont à paraître  prochainement et le dernier Némesis est vraiment très fort.
 

V: Le coeur d'Indignation se passe pendant la guerre de Corée. Comment Roth traite-t-il le principe de l'histoire dans son texte?

S.S: Le génie de Roth est dans la plupart de ses oeuvres de mettre en perspective un sujet intime et une thèse universelle. La guerre de Corée est pour Roth une représentation du monde à un moment précis. Il se souvient de ce que ses proches ont pu vivre et de cette très forte angoisse, celle d'être appelé à se battre.
 

V: Vous soulignez également dans votre article l'idée du parallèle. Pouvez-vous revenir sur ce point?

S.S: Oui, c'est la grande idée du roman. Ce parallèle divise la péninsule coréenne comme un couteau. Ce pays est scindé, porteur d'une scission qui habite le nom de Marcus avec la référence au couteau. La frontière s'exprime encore dans le passage de Marcus de l'enfance à l'âge adulte.
 

V: Vous regardez avec beaucoup d'attention les noms dans les textes de Philip Roth et particulièrement pour Indignation?

S.S: En effet, les noms sont fondamentaux chez cet auteur. Dans le cas de Marcus Messner, si son prénom fait référence à l'empereur romain de l'Antiquité, son nom évoque le mot Messer, ou couteau en allemand. De la même manière, le choix des titres des ouvrages sont toujours empreints de références.
 

 
V: Quel est le moment qui vous a le plus surpris dans le livre?

S.S: Si en effet comme pour Kundera j'avais à parler d'une image du texte qui m'a profondément marqué, ce serait la scène où Marcus découvre la cicatrice d'Olivia. C'est un moment où le texte bascule. On ressent toute une fragilité qui s'exprime à travers les figures de la mort et du suicide.
 

V: Comment encore décrire ce personnage d'Olivia?

S.S: Olivia est l'archétype de la figure de la femme chez Roth. Son personnage est décrit à travers le prisme du regard masculin. Séduisante, insaisissable, courageuse, elle est aussi profondément inquiétante. Elle souligne les aspects du sexe et de la sexualité qui se déploie dans toute l'oeuvre de Roth. Elle est encore comme Marcus une étudiante isolée. Je souligne encore dans mon article qu'elle représente "la fente". "Ses cheveux ont beau être "exquis", c'est leur raie qui rend Marcus "vulnérable". La raie est une ligne de démarcation, une tranchée, une incision artificielle créé à l'aide d'un outil. C'est une blessure faite aux cheveux, élément naturel et organique, comme les blessures infligées à la terre coréenne par les deux armées."
 

V: Y a-t-il lieu d'apposer une dimension politique post- 11 Septembre à ce dernier texte?

S.S: Je ne pense pas que Philip Roth ait cela en tête. Il me semble que cette oeuvre dépasse le principe politique. Certes, il s'interroge sur son pays mais il s'interroge davantage à ce qu'il fut. Il regarde sa vie et ainsi va le monde..
 

V: En cette période de rentrée littéraire en France, lisez-vous des auteurs français?

S.S: Oui, mais pas assez.. Le temps me manque. J'ai très envie de lire le dernier Michel Houellebecq.
 

V: C'est intéressant que vous citiez Houellebecq, pourrions-nous faire des ponts avec l'oeuvre de Philip Roth? 

S.S: Ce serait en effet amusant à tenter .
 

V: Aujourd'hui, vous écrivez pour La Revue Littéraire et votre champ d'étude est très vaste.

S.S: Oui, en effet, je fais des chroniques sur des auteurs américains qui me permettent d'étudier des oeuvres très différentes. Je me suis penché dernièrement sur le dernier texte Bret Easton Ellis qui m'a beaucoup intéressé.

En savoir plus

Steven Sampson, MonofictionI. A propos d'Indignation de Philip Roth, La Revue Littéraire n°45.

Steven Sampson, Exit le Fantôme, La Revue Littéraire n°42.

Steven Sampson, Imperium Californium Imperial Bedrooms de Bret Easton Ellis, La Revue Littéraire, n°48.

0
 
Articles associés
Lecture

La nouvelle "Indignation" de Philip Roth

Portrait incisif de l'Amérique puritaine des années cinquante, le dernier roman de Philip Roth, Indignation est hanté par les questions de la mort, du jugement et de l'au-delà.Insolent et...

L'éclairage de Steven Sampson

 Steven Sampson, spécialiste de Philip Roth répond à nos...

En ce moment

"Ne reste pas à ta place", un livre inspirant de Rockaya Diallo

Après une belle bibliographie, la militante Rokhaya Diallo frappe fort avec son nouveau livre sorti le 27 mars dernier aux éditions Marabout.

"L'archipel français",de Jérôme Fourquet reçoit le Prix du livre Politique 2019

Le samedi 30 mars 2019, Jérôme Fourquet, directeur département de l'opinion de l'Ifop et politologue a reçu le prestigieux Prix du l

Ali Zamir reçoit le Prix roman France Télévisions pour "Dérangé que je suis"

Ali Zamir s'est vu remettre ce mercredi le prix France Télévisions 2019 pour son roman Dérangé que je suis aux éditions Le Trip

La lecture des enfants

La 7e édition des Petits champions de la lecture se poursuit, et les finales départementales approchent !

Le TOP des articles

& aussi