Rencontre

Entretien avec Jean-Louis Servan-Schreiber

Un bureau lambrissé, peuplé de livres et de quelques objets choisis. Jean -Louis Servan-Schreiber nous reçoit pour parler de son dernier essai, Trop vite ! autour d’une tasse de thé vert et de quelques uns de ses célèbres sablés maison.

Nous donnant l’impression qu’il sait arrêter le temps pour prendre le sien quand bon lui semble, le président du directoire du célèbre magazine Psychologies évoque les ravages du court- termisme et la nécessité  pour chacun de retrouver le sens de son espace intérieur pour « mieux vivre sa vie ».

 Viabooks : Dans votre livre Trop Vite !, vous constatez qu’aujourd’hui l’être humain n’a jamais disposé d’autant de temps (allongement de la durée de vie, baisse du temps de travail…) et que pourtant, la sensation de manquer de temps n’a jamais été aussi forte. Comment expliquez-vous ce décalage?

Jean-Louis Servan-Schreiber : Nous sommes en effet face à un réel paradoxe entre une réalité et une perception de cette réalité. Souvent je pense au film de Walt Disney, Fantasia, lorsque Mickey multiplie à l’infini balais et sots et se laisse déborder par son pouvoir magique. Nous aussi, nous nous laissons déborder par nos créatures. Depuis deux cents ans, nous avons joué aux apprentis sorciers. Nous avons inventé de multiples technologies et instruments pour dépasser nos performances. Grâce aux nouvelles technologies nous avons atteint l’instantanéité dans de nombreuses tâches. Et cela coince ; comme dans une valise dans laquelle on voudrait faire rentrer trop de choses.

VB : Nos choix aussi nous débordent face à une telle abondance de possibles, qui nous sont proposés à chaque instant...

JLSS : Oui, trop de possibilités anéantit notre désir, car l'abondance nous place en situation de soumission au flux ambiant. Et de plus, notre « valise » temporelle quotidienne reste identique. Les journées n’ont que 24h, et cela nous ne pouvons le changer. Même si notre périmètre de choix a augmenté, il y a un décalage entre ce que nous pourrions faire et ce que nous faisons. Cette démultiplication des possibles nécessite en permanence de faire des choix, de trier en quelque sorte, et c’est alors que naît la sensation d’être « débordé ».

VB : Selon vous, la vitesse est-elle devenue le symbole de la modernité ?

JLSS : Certainement. L’obsession de la vitesse, ou la vitesse comme puissance. Nous ne savons plus où nous allons, mais nous y allons en courant !  La vitesse et la performance : le livre qui incarne peut-être le mieux notre époque est  le Guiness book of records : peu importe pourquoi, mais le record est là, il semble « repousser les limites de notre réel ».  Il faut se dépasser, aller toujours plus loin et plus vite…. Et finalement, c’est nous qui somme dépassés, par ces objets- mêmes que nous avons créés.

VB : Pouvez-vous nous expliquer davantage ce concept de «court-termisme »?

JLSS : Le court-termisme, c’est notre nouveau rapport au temps. Une vision sans prise de recul, où l’action ne s’ajuste plus par rapport à un projet, mais en réaction à l’immédiat. C’est en quelque sorte une gestion systématique par l’urgence et non par une évaluation de l’importance. Cette attitude nous place parfois en pleine absurdité,  car la réponse immédiate se prive de toute réflexion sur ses conséquences. Un des exemples qui illustre cette attitude est reflétée par l’expression : « Il faut agir à cause des marchés financiers ». Cela signifie qu’une entreprise va prendre une décision en fonction de la réaction de marché, sans se préoccuper de sa véritable politique industrielle. Il y a un autre mot dont la sémantique me semble très caractéristique : « La volatilité », on emploie ce mot à propos du monde financier, mais il s’applique à toute notre société, instantanée et volatile.

VB : Vous parlez des dangers d’une vie «  en urgence » : pensez-vous que les nouveaux moyens de communication ont contribué à cette situation?

JLSS : Il y a un mot qui est une invention du XXème siècle, c’est l’interactivité.  A partir du moment où nous sommes tous reliés en simultané, nous rentrons dans une sorte de frénésie, car nous n’avons plus le temps de prendre du recul, car  nous « interagissons ». Cet élargissement de la communication qui est extraordinaire finit par imposer la réponse simultanée comme une norme et la réflexion comme une rareté.

VB : Cette action sans réflexion à moyen terme aboutit aussi selon vous aux dégâts sur la planète. Se tourner vers une nouvelle « écologie » dans notre rapport au monde et au temps est-il devenu une nécessité ?

JLSS : La mise en danger de la planète par cette vision court- termiste  nous oblige clairement à changer de tempo et de point de vue. Cette nouvelle prise en compte de la relation entre l’homme et l’environnement nous amène ainsi à changer de perspective, à faire un usage raisonné de la vitesse, à repenser le progrès dans cet équilibre entre nous-même, les autres et le monde.  En cela, c’est une chance, car le moteur de la lutte pour l'écologie va plus loin que la défense de nos ressources naturelles, elle conduit à une autre façon d’envisager le progrès.

VB : Justement, ne craignez-vous pas que votre message  pour un « moins vite » soit compris comme passéiste et rétrograde ?

JLSS : Au contraire ! Le vrai progrès est celui qui pense l’amélioration de notre vie et pas celui qui nous rend plus "malheureux".  Ce n’est pas le progrès qui est dangereux, c’est perdre sa maîtrise et être dépossédé par lui qui l’est. En ce qui me concerne, je ne discute pas le progrès, j’en profite, j’essaie simplement qu’il ne m’écrase pas en passant !

VB : Puisque nous parlons de progrès, que pensez-vous du livre numérique ?

JLSS : Je ne suis pas un défenseur du papier. Je le suis de la lecture et des mots,  pas de l’objet « livre » en tant que tel. J’apprécie les fonctionnalités et le confort qu’offre un lecteur numérique. Et ajoutons, que cette technique contribue à faire des économies de papier et à lutter contre la déforestation.  Mon livre est d’ailleurs disponible sur Ipad. L’Ipad permet la redécouverte de notre patrimoine, il met les trésors de la littérature, parfois oubliés, à portée de la main : récemment j’ai relu Les Misérables sur mon Ipad et j’en ai été très heureux. Je rêve de faire disparaître les bibliothèques chez moi qui ne sont finalement que des cimetières !

VB : Que préconisez-vous comme solutions pour sortir de ce "Trop vite" ?

JLSS :Je ne suis pas là pour donner des solutions, je fais un constat. Sur le plan individuel, nous pouvons agir chacun, reprendre les rênes de nos vies. Il nous est heureusement possible d’agir sur sa propre vie. Chacun peut remettre un peu plus de long terme et d’espace intérieur dans la pratique de sa vie. Et influer ainsi sur l'évolution collective de notre société.

VB : La question « bonus » pour les lecteurs de Viabooks : quels sont vos auteurs et livres favoris ?

JLSS : Mes auteurs de prédilection sont Cioran, Montaigne. Victor Hugo aussi, que j’ai redécouvert récemment. Je citerai aussi trois livres qui m’ont marqué : Psychothérapie existentielle de Irving Yalom, Le bonheur- liberté de Serge-Christophe Kolm et Finite and Infinite games de James P. Carse . 

Photos : Tim Perceval

En savoir plus

->Jean-Louis Servan-Schreiber, Trop Vite ! Pourquoi nous sommes prisonniers du court terme, Albin Michel

->Le site du livre : http://tropvite.fr/

-> Lire  aussi sur Viabooks la fiche du livre ainsi que notre critique.

0
 
Articles associés

Entretien avec Jean-Louis Servan-Schreiber

Un bureau lambrissé, peuplé de livres et de quelques...
Trop Vite !

Jean-Louis Servan-Schreiber en 10 citations

Dans son essai Trop vite !, il nous parle de ce temps  dont le flux a dépassé celui  de l’individu.  Et nous assène quelques pensées qui ne sont pas sans rappeler certains...
Liste de lecture

Bibliographie de Jean-Louis Servan-Schreiber

Jean-Louis Servan-Schreiber, dont on connaît le brillant destin d’homme de presse est aussi l’auteur d’une œuvre écrite, qui s'attache souvent à pointer les maux de notre société. Une bibliographie à redécouvrir avec bonheur car le style de Jean-Louis Servan Schreiber est toujours clair et efficace. Sa fascination pour le monde américain lui a donné le souci de la transmission. Dont actes.

En ce moment

Ali Zamir reçoit le Prix roman France Télévisions pour "Dérangé que je suis"

Ali Zamir s'est vu remettre ce mercredi le prix France Télévisions 2019 pour son roman Dérangé que je suis aux éditions Le Trip

La lecture des enfants

La 7e édition des Petits champions de la lecture se poursuit, et les finales départementales approchent !

Amazon compte ouvrir de nouvelles librairies

Amazon, leader n°1 du e-commerce souhaite accroître les points de ventes « Amazon books ».

Le TOP des articles

& aussi