Niki de Saint Phalle

César Garçon et la magie du jardin des Tarots

César Garçon a regardé le jardin des Tarots créé par Niki de Saint Phalle en Italie et en est tombé ébloui. Il en a fait un livre de photos (Editions Ulmer), qui, accompagnées du texte délicieusement érudit de Lucia Pesapane, interpelle le lecteur à chaque page. A l’occasion de la rétrospective consacrée à Niki de Saint Phalle au Grand Palais, cet ouvrage de référence est un hommage vivant  au talent visionnaire de cette grande artiste de XXe siècle.

1. Racontez-nous : comment est né ce projet de livre autour du Jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle ?

César Garçon : Les Editions Ulmer, spécialisées dans la publication d’ouvrages de botanique et d’horticulture, ont commandé à Pierre de Filippis et moi-même un grand ouvrage sur les jardins d’Italie à paraître en septembre 2015. La réalisation de mes prises de vue s’est achevée en juin dernier après deux années intenses de travail passionnant, de la Sicile aux Lacs du Nord, à travers une sélection de 43 jardins qui recoupent les grands mouvements de la stylistiques, la chronologie (de l’Antiquité à nos jours) et les régions, sans oublier les saisons et diverses floraisons bien sûr.
C’est au cours de la réalisation de ce grand ouvrage que les Editions Ulmer ont décidé de publier une monographie sur Bomarzo, - jardin ésotérique de la Renaissance situé à une heure des Tarots qui inspira profondément Niki de Saint Phalle - dans la collection « Jardins d’Exception » et qui est paru en mars dernier. Ensuite les choses sont allées très vite : Bloum Cardenas, petite fille de Niki, a tout de suite proposé de publier une monographie semblable sur le Jardin des Tarots dans la même collection alors que les préparatifs de la rétrospective au Grand Palais touchaient à leur fin. Bloum et mon éditeur, Antoine Isambert trouvèrent un arrangement, nous étions en juin dernier, le livre devait être prêt pour le 17 septembre, date de l’inauguration de la rétrospective et il ne me restait que quelques jours pour compléter les photos déjà réalisées. Grâce à la réactivité d’Antoine et de Bloum, les billets d’avions furent pris en deux heures, une auto louée m’attendait à l’aéroport et surtout, une plate-forme élévatrice indispensable pour photographier à bonne hauteur les grandes figures sculptées, fut installée pendant que je volais vers Rome… Et puis l’astre du jour fut de la partie, la lumière se leva, somptueuse,  sur la vallée au pied du jardin des Tarots et les images furent achevées. Je rentrais à Paris, livre en poche…

2.Vous avez photographié le jardin comme on raconte une histoire, avec ses fragments, ses rythmes. Expliquez-nous la genèse de ce « récit visuel »?

César Garçon : En suivant la lumière avant tout et dans la rapidité… Le soleil se lève sur la vallée et éclaire de façon merveilleuse le jardin durant à peine 45 minutes. Puis tout est brûlé par la lumière, il est inutile de continuer à prendre des photos et il faut attendre la fin du jour pour avoir à nouveau une lueur dorée qui caresse les arbres et les sculptures. Quand la lumière est belle, alors c’est une course pour attraper les images. Le repérage préalable est très utile, car il fixe vaguement, inconsciemment, les différents axes du jardin et ses articulations. Ensuite je cours, je saute,  dans tous les sens, je trébuche, je bouscule trépied et caméra… Et parfois c’est le miracle,  obtenu dans une fièvre et une concentration qui me ravissent toujours. C’est tout à fait paradoxal d’être très contemplatif dans l’urgence… Le travail de construction du livre se fait ensuite avec le directeur artistique au cours de la mise en page.

3. Comment situez-vous le jardin par rapport à l'ensemble de l'œuvre de Niki de Saint Phalle?

César Garçon : Je ne suis pas un grand spécialiste de l’œuvre de Niki de Saint Phalle. Cependant je crois que les Tarots sont un chef d’œuvre. Elle y a vécu plus de 20 ans – dans la figure de l’Impératrice où elle avait installé sa maison toute en éclats de miroirs – et elle a partagé cette passion pour cette œuvre avec le sculpteur Jean Tinguely  -l’amour de sa vie-  qui participa beaucoup et collabora à l’élaboration d’œuvres communes ( la Tour de Babel ou le Monde par exemple). Grâce aux Caracciolo (Carlos Carraciolo et Marella Agnelli confièrent le terrain à Niki pour réaliser son Grand Œuvre) l’artiste a pu réaliser le travail le plus ambitieux de sa carrière. Lucia Pesapane, l’auteur des textes du livre, le dit fort bien dans son introduction : « Il s’agit d’une œuvre d’art publique : aux yeux de Niki de Saint Phalle, l’une des raisons d’être de la création est d’apporter de la joie, de l’humour, de la couleur dans l’existence ».

4. De quelle manière s'est organisée la collaboration avec Lucia Pesapane, l'auteure de texte du livre?

César Garçon : Lucia Pesapane est co-commissaire de l’exposition actuelle au Grand-Palais. Elle était toute désignée pour écrire ce texte une fois les images réalisées. Elle a travaillé avec précision et clarté une fois la mise en page terminée. Moi je m’étais déjà envolé vers d’autres projets..

5. Votre livre est écrit en trois langues (français, italien, anglais). Une manière de souligner la dimension éminemment internationale de cette artiste hors norme? 

César Garçon : Une manière surtout  de pouvoir distribuer le livre sur place dans la librairie du jardin, qui accueille plus de 40 000 visiteurs par ans en provenance du monde entier… Soyons pragmatique !

6.Vous évoquiez votre livre sur le jardin de Bomarzo. D'où vous vient cette passion pour les jardins? 

César Garçon : C’est un délicieux atavisme. Il me vient de ma grand-mère Suzanne Garçon qui a mené un travail remarquable dans sa propriété du Poitou pendant 60 ans. Le parc de la fin du XVIIIème siècle a été conservé et entretenu par elle avec beaucoup de subtilité. Elle a su préserver les très beaux arbres du domaine par de délicates interventions d’élagage. Elle a créé un beau jardin en parterres dit « Jardin Haut » qui aujourd’hui encore garde tout son esprit et fit aménager une subtile et ombreuse allée en perspective, dite « l’Allée du Faune » qui achève de donner un grand charme aux lieux. Enfin, elle fit planter en vain durant 30 ans des cyclamens sur les pelouses du parc qui ne donnèrent rien. Ce fut l’année de sa mort en 1978 que le parc fut soudain couvert de cyclamens en septembre… Ma mère Isabelle Garçon qui est peintre botanique, est aussi très passionnée de jardins, elle en possède un délicieux en Bretagne. Vous voyez que j’ai quelques racines…

7. Imaginez-vous un jour concevoir des livres d'art de manière interactive en utilisant les possibilités du numérique ou préférez-vous travailler « à l'ancienne » en concevant un livre dans son écrin de papier?

César Garçon : Cela me réjouis de répondre à votre question. Oui je suis pour tout ce qui s’offre de moderne en faveur de la diffusion des images, du texte, du savoir en général. Et comment !! Avec Antoine Isambert, le Directeur des Editions Ulmer, nous avons l’intention de réaliser une version numérique qui accompagnera le livre papier sur « L’Italie des Jardins ». On pourra ainsi utiliser l’Ipad pour aller visiter les jardins, au lieu du livre encombrant qui traîne dans le fond de la voiture en s’abîmant. Chacun des jardins sera lié au GPS et l’espace dédié aux informations pratiques sera démultiplié. De même pour les photos. Songez que j’ai travaillé deux années en Italie et parfois dans le même jardin à des saisons différentes, la publication papier est bien restreinte et la version numérique permettra de présenter toutes les photos. Il faudra bientôt que j’apprenne à faire des photos avec un drone et je voudrai bien filmer un jour. J’ai toujours en tête le travail inouï du peintre David Hockney qui peint des paysages sur de grands formats et qui filme le même paysage en décembre sous la neige et au printemps  avec des caméras fixées sur le toit d’un 4X4, à la même vitesse et au même cadrage. Les deux films sont ensuite projetés cote à cote sur le même mur. Saisissant…

Propos recueillis par Olivia Phélip

>Lucia Pesapane (texte), César Garçon (photos), Niki de Saint Phalle, Le jardin des Tarots, Editions Ulmer
>Rétrospective Niki de Saint Phalle, jusqu'au 2 janvier 2014, Galeries nationales du Grand-Palais, Paris
4
 

En ce moment

"La première fois", thème du nouveau concours de nouvelles lancé par MonBestSeller

Le site des auteurs indépendants et riches de nombreux talents, Mon Best Seller, lance un nouveau cocours de nouvelles sur le thème de

Olivier Norek lauréat 2019 du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs avec "Surface"

Le 42ème Prix Relay des Voyageurs Lecteurs a été décerné à Olivier Norek, pour son livre Surface aux éditions Michel Lafon.

"Ne reste pas à ta place", un livre inspirant de Rockaya Diallo

Après une belle bibliographie, la militante Rokhaya Diallo frappe fort avec son nouveau livre sorti le 27 mars dernier aux éditions Marabout.

"L'archipel français",de Jérôme Fourquet reçoit le Prix du livre Politique 2019

Le samedi 30 mars 2019, Jérôme Fourquet, directeur département de l'opinion de l'Ifop et politologue a reçu le prestigieux Prix du l

Le TOP des articles

& aussi