Interview exclusive

Bernard Pivot raconte le Nobel de Patrick Modiano

Personnage- clef du paysage littéraire français, auteur, journaliste, fondateur et animateur d’«Apostrophes» et de « Bouillon de culture », Bernard Pivot préside aux destinées de la plus prestigieuse de nos académies: l’académie Goncourt. A Stockholm, il commente pour Viabooks l’onde de choc créée par l’académie suédoise à l’occasion de la remise du prix Nobel de littérature à Patrick Modiano.
Réalisation Annick Geille.


1. L’attribution du Nobel à Patrick Modiano ?

-Bernard Pivot : Lorsque j’ai appris que l’on parlait de Modiano pour le Nobel de littérature, j’ai répondu à ceux qui évoquaient ses chances ici ou là que sa nomination m’étonnerait beaucoup. D’abord, me semblait-il, parce que c’était la première fois qu’on parlait de lui au Nobel, ensuite parce que JMG Le Clézio avait obtenu cette consécration il y a seulement six ans. Il faut savoir qu’un grand nombre de pays et d’écrivains aux langues et aux cultures diverses attendent et espèrent obtenir un jour le Prix Nobel de littérature. Face à cette disette mondiale, si j’ose dire, la plupart d’entre ces pays et leurs auteurs n’ayant  jamais obtenu le moindre Nobel, la France fait figure de privilégiée.  En effet, nous sommes champions du monde de littérature en quelque sorte!   Combien avons-nous reçu de Nobel de littérature ? Treize, quatorze, avant Modiano ? Je ne sais plus. J’avais ajouté à  l’intention de ceux qui évoquaient ses chances  -ce en quoi je me suis lourdement trompé- que malgré sa dimension,  il n’avait pas le profil. Pour recevoir le Nobel, il faut en effet que le lauréat soit d’une  supériorité littéraire incontestable, bien sûr, mais  il faut aussi qu’il ait une action dépassant le strict cadre littéraire. Le profil- type du lauréat du Nobel, c’est un grand écrivain, doté d’une dimension écologique, ethnologique, ou politique. Jean-Marie Gustave Le Clézio en est un exemple parfait, lui qui déborde de beaucoup le champ littéraire. Modiano au contraire, est complètement centré sur son champ littéraire, et même resserré, si j’ose dire, sur son champ parisien. Je  pensais qu’il obtiendrait le Nobel un jour, certes, mais pas si vite. Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’ai été fou de joie : je n’y croyais pas. Lui non plus, d’ailleurs. 

2. Comment Modiano a-t-il appris son Nobel ?

-Bernard Pivot : Sa fille Marie lui a téléphoné dans le jardin du Luxembourg, où il se promenait tranquillement, pour lui dire ce qu’affirmaient dès l’aube les réseaux sociaux. D’abord, il ne l’a pas crue. Il a dû faire une marche d’une heure pour se remettre. Lui qui vient d’évoquer  magnifiquement les risques de se faire renverser par une voiture, aurait bien pu être victime de ce genre d’accident, sonné qu’il était par cette nouvelle tellement « bizarre »,  voire «irréelle » !

3. Vos liens avec le Nobel 2014 ?

-Bernard Pivot : Je suis d’autant plus ému et heureux qu’il obtienne ce Nobel, la plus haute récompense littéraire, que  j’ai réalisé  sa première interview à l’occasion de la parution de  son premier roman : «La  place de l’étoile ». J’étais reporter au Figaro –Littéraire. J’avais été ébloui  à la lecture des épreuves. Je me demandais comment un garçon de vingt-trois ans  pouvait parler aussi bien  des années de guerre et d’Occupation. Je lui ai aussitôt écrit. Sa première lettre de lecteur ! Evidemment pour un écrivain, une première lettre est un événement capital. Patrick Modiano a non seulement conservé ma lettre, mais aussi son enveloppe. L’académie suédoise – dont j’ai découvert à l’occasion  de ce Nobel qu’elle connaissait  l’anecdote,  ce qui prouve  combien elle est renseignée sur les auteurs qu’elle suit de livre en livre, m’a écrit pour me prier d’assister  en tant que proche de Modiano à la «  Nobel Week » du 4 au 10 décembre.  Je suis à Stockholm en tant qu’invité de l’académie suédoise, ce dont je suis fier. Je  partirai de Stockholm jeudi, car je tiens à suivre tout le circuit.  On mesure à quel point  l’académie suédoise et le Comité Nobel sont au courant de tout. Nous ne pouvons le vérifier dans le détail, ni connaître  le secret  de leurs  délibérations, car les archives de l’académie  Nobel ne sont consultables que… cinquante après  la nomination du lauréat ! Hélas, je ne serai plus là.

 
4. Le discours de réception proprement dit ?

-Bernard Pivot : Je trouve étonnant d’entendre un discours prononcé en français dans une salle à l’étranger : « c’est bizarre », comme dirait Modiano. Et très émouvant. Ce discours va devenir un livre dont la postérité est assurée,  comme elle  l’est pour tous les discours de réception de chaque lauréat  du Nobel de Littérature. Celui de Modiano (quarante minutes, de bonheur) a été un grand succès, savamment  orchestré. L’enfance, la ville,  la géographie parisienne, la guerre, la mémoire, le temps, l’écriture : Modiano a fait résonner  sous les ors de la salle son imaginaire. Toute son œuvre. Lui qui fuit les mondanités, et passe l’essentiel de son existence à exprimer, loin des salons et des ronds de jambes, la mémoire douloureuse de l’enfance et de la guerre, lui qui ne voit personne, et vit retiré du monde, se voit aujourd’hui couronné par le plus prestigieux des jurys littéraire de la planète. Je trouve cela extraordinaire.  Un événement sur le plan éthique.  Nous en retiendrons qu’il  est inutile de faire des pieds et des mains pour attirer l’attention des Nobel. Pas besoin de donner des conférences à Stockholm, ou ailleurs.  Ni de parader dans les jurés, ou les salons. C’est la grande et belle leçon que nous donne l’académie suédoise.  Elle sait lire, repérer et choisir en secret, puis suivre, année après année –de livre en livre  et sans qu’ils le sachent,-  les écrivains qu’elle  aime. Elle les couronne ensuite.

 5. Pérennité du Nobel ?

-Bernard Pivot : L’académie Nobel, avec ses cent ans d’âge me semble, comme l’académie Goncourt, qui a cent ans elle aussi, résister à toutes les modes. Nobel et Goncourt sont des institutions plus fortes que leurs détracteurs.

6. Quid des meilleures ventes de livres en France ?

-Bernard Pivot : Trois romans marchent très bien en ce moment ce sont les Nobel, Goncourt et Renaudot. Le Nobel avec le roman que vient de publier Modiano « Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier », le Goncourt avec le très beau  « Pas Pleurer » de Lydie Salvayre -et le Renaudot avec « Charlotte » de David Foenkinos ». «Constellation » d’Adrien Bosc,  Grand prix de l’académie française-  se vend  très bien lui aussi.

7. Mis à part les Prix, vos préférences pour les fêtes ?

-Bernard Pivot : Personnellement, j’aime aussi beaucoup Réparer les vivants de Maylis de Kerangal, et L’ âne et l’abeille de Gilles Lapouge, qui, hélas,  n’a obtenu ni Nobel, ni Goncourt, mais il est et demeure un grand écrivain, capable de publier à 90 ans un livre d’une jeunesse et d’une invention extraordinaires.

8. Quels romans de Modiano  en ces périodes de cadeaux ?

-Bernard Pivot :Tous. S’il faut choisir, je dirais Dora Bruder, Rue des boutiques obscures, Quartier perdu, Une jeunesse.

Propos recueillis au Grand- Hôtel de Stockholm (où résidaient tous les lauréats du Nobel et leurs proches) par Annick Geille

A lire aussi

>>lire notre article sur le discours de Patrick Modiano avant la remise du prix Nobel 
>>lire les réponses de Bernard Pivot au questionnaire d'Apostrophes

 

Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec Robert Doisneau, du magazine Femme(Photo: Maurice Rougemont-Opale/Fayard).
 

5
 

En ce moment

Premières sélections pour le prix Goncourt 2019

Qui succèdera à Nicolas Mathieu, lauréat du Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux (Actes Sud)? Une première liste de 1

Premières sélections pour le prix Renaudot 2019

Seize romans et neuf essais ont été retenus par les jurés du prix Renaudot, pour son édition 2019.

"La première fois", thème du nouveau concours de nouvelles lancé par MonBestSeller

Le site des auteurs indépendants et riches de nombreux talents, Mon Best Seller, lance un nouveau cocours de nouvelles sur le thème de

Olivier Norek lauréat 2019 du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs avec "Surface"

Le 42ème Prix Relay des Voyageurs Lecteurs a été décerné à Olivier Norek, pour son livre Surface aux éditions Michel Lafon.

Le TOP des articles

& aussi