Noter 
 
4
0 avis
Recommander : 
 

edito

Le livre, les livres... tous les livres

par Olivia Phélip, le 15 mars 2012

Le Salon du Livre de Paris nous réjouit toujours avec ses nombreux rendez-vous festifs. C'est un rendez-vous qu'on ne rate sous aucun prétexte, un incontournable comme il se dit. Cette grande kermesse littéraire a mis cette année la littérature japonaise à l'honneur, une occasion de se replonger dans l'un des viviers les plus vivaces de la création, tant du côté des récits, de la poésie, que des mangas, dont les japonais sont les inventeurs. Mais aussi la littérature russe, dont la puissance contemporaine est méconnue.


Photo nSeika-CC
Photo nSeika-CC
Le marché du livre résiste

Le Salon est aussi un moment pour prendre le pouls du marché du livre. Le Ministère de la Culture a comme chaque année présenté les chiffres de l'année passé : globalement, le marché du livre a plutôt bien résisté : il s'est vendu 380 millions d'ouvrages en 2011, pour un montant de 4,2 milliards d'euros, soit un niveau équivalent à celui de l'année précédente (source:étude GfK). Ces chiffres masquent une réalité plus complexe : certes les français lisent, mais pas de tout. Le marché est de plus en plus contrasté, partagé entre des ventes spectaculaires souvent dues à des adaptations cinématographiques de renom, et des ventes plus cconfidentielles. La littérature française faisant souvent figure de parent pauvre.


Quid du livre numérique ?

Autre sujet de réflexion : le passage au livre numérique qui a complètement bouleversé la consommation des livres aux Etats-Unis est encore balbutiant en France. Même si les liseuses et les tablettes numériques sont en tête des ventes de produits high tech. Il est à prévoir que les français évolueront aussi dans leur mode de lecture, surtout si les petits écoliers sont amenés à travailler à partir de tablettes et non plus de livres scolaires papier comme il en est question. A Viabooks, nous défendons avant tout la lecture, quelque soit son support. La lecture et la convivialité des livres, partagés, échangés, discutés, commentés. Salon réel ou salon virtuel au sein de notre site, nous souhaitons à tous des lectures passionnantes et vos échanges enrichissants. N'hésitez pas à nous faire part de vos découvertes et vos coups de coeur littéraires. Vous pouvez le faire par écrit ou en vidéo, en nous postant un avis filmé. Bon Salon du livre 2012 ! 

 
Noter : 
 
|
Recommander :

Les archives des éditos

04sept.2014
Valérie Trierweiler : un coup d'Etat littéraire ?

Valérie Trierweiler : un coup d'Etat littéraire ? par Olivia Phélip

Les Cassandre qui prédisent régulièrement la mort de l'édition-papier en prendront pour leur grade : c'est bien un livre qui fait trembler la République aujourd'hui. A l'heure des tweets et des vidéos, quand on veut frapper fort et durablement, rien ne r.../ Lire la suite

 
22mai2014
Quand Timur Vermes imagine le retour d'Hitler

Quand Timur Vermes imagine le retour d'Hitler par Olivia Phélip

Et si Hitler réapparaissait dans l’Allemagne d’aujourd’hui? Telle est l’hypothèse du journaliste allemand Timur Vermes dans « .../ Lire la suite

 
05mai2014
Chade-Meng Tan, un sage chez Google

Chade-Meng Tan, un sage chez Google d'Olivia Phélip

Rencontrer Chade-Meng Tan est un privilège et une chance. Un privilège, si l’on en juge par la galerie de portraits qui orne le mur de son « All the President’s Meng » : de Barak Obama au dalaï.../ Lire la suite

 
18avril2014
La vie hyper-matérielle d’Annie Ernaux

La vie hyper-matérielle d’Annie Ernaux d'Olivia Phélip

Pendant un an, de Novembre 2012 à Octobre 2013, Annie Ernaux a tenu le journal de ses visites à l’hypermarché du centre commercial Les Trois Fontaines à Cergy Pontoise. Un voyage au cœur des étals multicolores, des têtes de gondole scintillantes et d.../ Lire la suite

 
03avril2014
Milan Kundera : la légèreté n’est plus ce qu’elle était

Milan Kundera : la légèreté n’est plus ce qu’elle était d'Olivia Phélip

On le dit de l’esprit français : parler des choses sérieuses avec légèreté et des choses légères avec sérieux. Serait-ce parce que Milan Kundera est français d’exil, qu’il a si bien intégré cette bonne vieille tradition de l’inaltérable élégance de la.../ Lire la suite