Icône

Simone de Beauvoir, une femme puissante

Trente-deux ans après sa mort, Simone de Beauvoir fait son entrée dans la Pléiade avec la publication de ses Mémoires en deux volumes. Gallimard a choisi de mettre en lumière son travail de chroniqueuse minutieuse, et a décidé de mettre de côté deux livres mythiques de l’auteure  : Le Deuxième Sexe et Les Mandarins. Revenons sur le parcours de cette auteure incontournable et controversée.

"On ne naît pas femme, on le devient". Nous connaissons tous (et toutes) la célèbre phrase de Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe. Avec le recul des années, celle qui pâtit de l'ombre que lui fit Jean-Paul Sartre se révèle bien plus visionnaire que son compagnon. La postérité lui reconnaît une place emblématique et en pleine période de revendication des femmes quant à leur place et leur détreminisme, son message est plus que jamais d'actualité. Les éditions de La Pléiade publient ses Mémoires qui nous montrent son talent d'observatrice et son  sens aiguisé de l'analyse au sujet du contemporain. Nous revenons sur cette figure emblématique du XXe siècle.

Une jeunesse intellectuelle

Simone de Beauvoir nait le 9 janvier 1908, dans une famille issue de la bourgeoisie catholique qui subira la crise des années 30 de plein fouet. Élevée dans un cadre très religieux elle devient athée assez jeune et s'oppose fermement au mariage. Sa vie sera un long éloignement de l’héritage familial. Elle développe sa pensée autour de la liberté et de l'autonomie des individus, plus particulièrement des femmes. Cet engagement provient probablement du fait que le père de l’auteure a toujours regretté qu’elle ne soit pas un homme, qu’il aurait envoyé à Polytechnique. Il répètera d’ailleurs souvent à sa fille: « Tu as un cerveau d'homme ». Dès son plus jeune âge, Simone de Beauvoir se distingue par ses capacités intellectuelles et se partage chaque année la première place en classe avec sa meilleure amie Zaza. Elle tombe très jeune dans l'écriture et est convaincue de son destin d’auteure célèbre à quinze ans.

De la philosophie à l’enseignement

Après son baccalauréat elle entame des études supérieures en lettres et en mathématique. Egalement très intéressée par la philosophie, elle obtient finalement la licence ès lettres mention philosophie au printemps 1928. A l’université Simone de Beauvoir rencontre d'autres jeunes intellectuels, dont Jean-Paul Sartre avec qui elle va nouer une relation mythique qui ne s’interrompra qu’à la mort de ce dernier.  Ensemble ils créeront l'existentialisme : un courant de pensée selon lequel l'individu est le seul maître de lui-même et de son destin. En 1929, elle passe le concours d’agrégation de philosophie, elle y est reçue deuxième, juste derrière Jean-Paul Sartre. Dès lors Simone de Beauvoir devient professeur et donne des cours dans plusieurs lycées, à Paris, Marseille et Rouen. A cette époque elle entretient des relations amoureuses avec certaines de ses élèves, et créer des trios, voir des quatuors amoureux avec Sartre. Le 17 juin 1943, elle est suspendue de l'Éducation nationale à la suite d'une plainte pour « excitation de mineure à la débauche » déposée en décembre 1941 par la mère de Nathalie Sorokine. Elle sera réintégrée après la guerre, par arrêté du 30 juillet 1945, mais n'enseignera plus jamais.

Une femme de lettres engagée

Simone de Beauvoir collabore avec de nombreux intellectuels et artistes marquants du XXe siècle. Parmi ses proches et amis on retrouve Boris Vian, Maurice Merleau-Ponty et bien sûr Jean-Paul Sartre. Ensemble ils fondent la revue Les Temps modernes en 1945. Néanmoins cela ne l'empêche pas de travailler à sa propre œuvre littéraire et philosophique. En 1949, elle se fait connaitre du grand public avec la publication de son essai féministe et existentialiste Le Deuxième Sexe. L’œuvre connait un succès immense avec des ventes incroyables (22 000 exemplaires vendus en une semaine) et avance des thèses très avant-gardistes pour l'époque sur la condition de la femme, peu appréciées de tous. Le Vatican ira même jusqu’à l’interdire aux catholiques, notamment à cause de sa prise de position pour l’avortement. Simone de Beauvoir devient avec ce livre une figure mythique du féminisme en pointant du doigt  une société qui prône l’inégalité homme/femme. Vue comme la pionnière de la libération de la femme elle cherche à prouver qu’une femme a le droit à l’indépendance et à la liberté. Elle alterne ainsi essais, romans, et récits autobiographiques. Elle se sert de sa plume pour aborder les grands thèmes de la société comme l'amour, la mort, l'euthanasie, en questionnant son propre vécu. Son talent est reconnu par la profession en 1954 lorsqu’elle obtient le Prix Goncourt pour Les Mandarins. Elle y raconte la vie de l'intelligentsia parisienne, da manière pointue et critique, comme elle sait si bien le faire. En 1971, elle est à l'origine du Manifeste des 343 Salopes. Publiée par le Nouvel observateur, cette pétition en faveur de l'avortement recense 343 femmes qui avouent avoir avorté, dont Simone de Beauvoir.

L'héritage

En 1980 Jean Paul Sartre meurt. Simone de Beauvoir est terrassée par la perte de son grand amour, et se laisse mourir à petit feu, selon ses proches. Elle s'éteint en 1986 et est enterrée au cimetière du Montparnasse à Paris. Elle laisse derrière elle une importante œuvre littéraire, qui fait d’elle une des figures majeures de la littérature française. L'ensemble de son travail vise à défendre l’idée qu’un individu ne se construit par selon son sexe. Pour persévérer dans cette vision du monde qu’avait l’écrivaine, un prix « Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes » a été créé à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance, en 2008. Ce prix récompense des femmes ou des hommes qui défendent la liberté des femmes dans le monde. La première lauréate du prix était l'écrivaine bangladaise Taslima Nasreen, menacée de mort par les islamistes. Sa personnalité a autant marqué que son œuvre et témoigne de l’importance de l’héritage de cette femme sur notre société. Son entrée dans la pléiade avec ses livres autobiographiques « Mémoires I et II », 36 ans après Jean Paul Sartre, montre qu’elle occupe toujours  aujourd’hui l’esprit des français.  

Les incontournables 

 

Le Deuxième Sexe, 1949, (Gallimard)

«Nous commencerons par discuter les points de vue pris sur la femme par la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement comment la "réalité féminine" s'est constituée, pourquoi la femme a été définie comme l'Autre et quelles en ont été les conséquences du point de vue des hommes. Alors nous décrirons du point de vue des femmes le monde tel qu'il leur est proposé ; et nous pourrons comprendre à quelles difficultés elles se heurtent au moment où, essayant de s'évader de la sphère qui leur a été jusqu'à présent assignée, elles prétendent participer au mitsein humain.» Simone de Beauvoir répond au travers d'un essai philosophique à une question majeure ; qu’est ce qui a fait que l’homme ait obtenu cette supériorité dans la société. A ses côtés, le lecteur parcourt l'histoire, les mythes, la biologie et l'éducation. Simone de Beauvoir évoque les situations de domination de la femme, la condition féminine ou encore l’avortement. Cet essai philosophique écrit depuis bientôt 70 ans, est très moderne et tout à fait accessible à tous. Il se conclura dans un second volume, permettant de nous forger notre propre opinion. La compilation de faits et d'exemples est utile pour prendre conscience de cette opposition masculin/féminin très futile. On découvre derrière cette plume, une femme en avance sur son temps qui soulève des problèmes existant à l’époque, et qui ne sont toujours pas réglés aujourd’hui.

Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, (Gallimard)

«Je rêvais d'être ma propre cause et ma propre fin ; je pensais à présent que la littérature me permettrait de réaliser ce vœu. Elle m'assurerait une immortalité qui compenserait l'éternité perdue ; il n'y avait plus de Dieu pour m'aimer, mais je brûlerais dans des millions de cœurs. En écrivant une œuvre nourrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l'humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres? Je m'intéressais à la fois à moi et aux autres ; j'acceptais mon "incarnation" mais je ne voulais pas renoncer à l'universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s'étaient développées en moi au cours de ces quinze années.» Il n’y a pas meilleure œuvre, pour découvrir l’enfance et les débuts de l’âge adulte de Simone de Beauvoir. Ce livre témoigne des belles rencontres qu’elle va faire dans sa jeunesse et qui vont participer à la construction de sa personne. L’œuvre est écrite du point de vue existentialiste. Le récit est fluide et on est facilement transporté aux cotés de l’auteure et de son combat face à sa condition. Cette autobiographie est également enrichie de questionnements et de réflexions sur divers sujets, tels que l'Être, Dieu, la Religion ou encore la Condition Féminine. Grâce à la plume de Simone de Beauvoir, le récit de l’enfance d’une petite bourgeoise devient extrêmement intéressant.  

La Force de l’âge, 1960, (Gallimard)

Vingt et un ans et l'agrégation de philosophie en 1929. La rencontre de Jean-Paul Sartre. Ce sont les années décisives pour Simone de Beauvoir. Celles ou s'accomplit sa vocation d'écrivain, si longtemps rêvée. Dix ans passés à enseigner, à écrire, à voyager sac au dos, à nouer des amitiés, à se passionner pour des idées nouvelles. La force de l'âge est pleinement atteinte quand la guerre éclate, en 1939, mettant fin brutalement à dix années de vie merveilleusement libre. Dans ce livre Simone de Beauvoir nous raconte son entrée dans l'âge adulte, ses débuts en tant qu'écrivain, ainsi que ceux de Sartre, et tant d’autres souvenirs qui ont bercés sa vie à cette période. Le lecteur suit son évolution, le changement de sa vision sur la vie, son caractère, ses buts également. Si le lecteur en apprend davantage sur la vie de cette figure mythique, cette œuvre est aussi un très bon moyen pour découvrir le vingtième siècle. Ce panorama est d’autant plus intéressant qu’il est fait par le biais d’une militante, d’une intellectuelle qui l'a vécu de l'intérieur. Elle évoque Sartre, la guerre, ses voyages sur la méditerranée. Simone de Beauvoir dresse un portrait enrichissant de la société contemporaine dans laquelle elle vit. Le deuxième tome de ses mémoires à ne surtout pas rater.

4
 

En ce moment

6 livres dans la 2e sélection pour le prix Interallié 2018

Le jury du prix Interallié, présidé par Philippe Tesson, a dévoilé sa deuxième sélection.  

Deuxième sélection pour le prix Femina 2018

Le jury du prix Femina vient de livrer sa deuxième sélection.

Deuxième sélection pour le prix Médicis 2018

Le jury du prix Médicis a annoncé jeudi la deuxième sélection de son prix en retirant de sa liste "Le lambeau"  (Gallimard) de Philip

Deuxième sélection pour le Renaudot 2018: 9 romans et 6 essais

9 romans et Le jury du prix Renaudot a présenté sa deuxième sélection pour le prix 2018, en ne coservant que des livres plutôt consensuels.

Le TOP des articles

& aussi