Rentrée littéraire

"Où bat le cœur du monde": Philippe Hayat nous livres ses intimes partitions

Son livre Où bat le cœur du monde (Calmann-Lévy) est l'un des dix livres préférés des libraires pour cette rentrée littéraire. Philippe Hayat signe ici  un deuxième roman au souffle humaniste, brillant et émouvant. Les libraires Cultura l'ont sélectionné comme l'un de leurs talents à suivre et la librairie bruxelloise Filigranes l'a choisi comme son lauréat de la rentrée. Nous l'avons aussi plébiscité à Viabooks comme l'un de nos coups de coeur de la saison. Quelle belle reconnaissance pour cet entrepreneur-écrivain! Nous partons à sa rencontre, afin que Philippe Hayat nous livre sa partition intime pour ce texte écrit sous le signe de la musique.

©Olivia Phélip

Philippe Hayat est un entrepreneur comblé et un écrivain qui est en train de le devenir. De ses multiples  succès, il cultive paradoxalement le goût des autres. Et de la simplicité. Ainsi est né chez lui le désir d'écriture, d'abord pour s'adresser aux jeunes qu'il accompagnait, puis pour raconter ses récits au plus grand nombre. Si Philippe Hayat a bien les pieds ancrés dans le réel, il a aussi "un cœur qui bat pour le monde", comme il le prouve avec son deuxième roman Où bat le cœur​ du monde, après un premier roman remarqué : Momo des Halles (Allary). Un livre ample qui traverse le temps et touche profondément les lecteurs que nous sommes.  

Un livre au souffle musical

Dans Où bat le cœur du monde (Calmann-Lévy), Philippe Hayat part sur les traces d'un musicien juif, qu'il suit depuis son enfance à Tunis dans les années 30, jusqu'à ses succès de jazz dans les années soixante aux Etats-Unis, en passant par ses séjours en France. La partition est formidable, rythmée, remplie de surprises et de personnages réels ou imaginaires. Comme dans tout morceau de musique, elle existe sous différentes tonalités : l'émotion, le solfège, l'Histoire, la famille, la ségrégation, la transmission, les rencontres... Et comme dans le jazz, derrière ce foisonnement, il existe une construction parfaitement orchestrée en onze chapitres qui fonctionnent comme les onze pistes d'un CD.

Voyage au coeur du jazz et de l'Histoire

On y croise Billie Holiday, Miles Davis et tous les musiciens qui ont participé à l'émergence d'une musique libre et universelle. Le héros, Darius Zaken, Darry pour son nom de scène, devient au fur et à mesure des péripéties de sa vie, symbole malgré lui de la résilience et de la vie plus forte que tout. Car quand il n'y a pas ou plus de mots, il reste toujours la musique. Et quand il n'y a plus que la musique du silence, il reste celle de l'amour.

L'écriture sans fausse note

L'écriture coule de manière fluide, sans fausse note. Le livre se lit d'une traite. Il s'écoute aussi, car la bande-son est l'occasion de réentendre les morceaux mythiques du jazz - une playlist a même été créée par l'auteur sur Spotify pour permettre aux lecteurs d'écouter tous les morceaux dans le prolongement de leur lecture. 

Grâce à l'invitation de Cultura, nous rencontrons Philippe Hayat dans l'atmosphère feutrée de la Maison de l'Amérique latine, sous un soleil automnal qui nous permet de nous tenir dans le jardin. L'auteur est affable, souriant. Il savoure le bonheur d'un moment précieux, entouré de nombreux libraires qui ont aimé son livre. On entendrait presque un solo de clarinette entre deux verres....

Viabooks : Ecrire alors que vous êtes un entrepreneur ultra-occupé et plus que comblé... Pourquoi ? Pour qui ?

-Philippe Hayat : J'ai pris l'habitude d'écrire pour les jeunes dans le cadre de l'association que j'ai fondée, 100 000 entepreneurs. Ecrire pour leur transmettre des conseils, des anecdotes de réussite... Je me suis habitué à ce temps de recueillement tous les matins et petit à petit j'ai voulu écrire de manière plus personnelle. Ainsi est née l'aventure. Qui a donné d'abord Momo des Halles, puis aujourd'hui Où bat le cœur du monde, où je me suis permis de franchir encore une étape avec un récit plus ambitieux. Pourquoi écrit-on ? Pour moi il s'agit de raconter des histoires, de faire passer des émotions, de sortir du réel pour mieux le révéler. Pour qui ? Ceux qui ont envie de partir en "voyage" avec moi. Si je peux divertir les lecteurs, c'est déjà formidable. Si je peux leur faire passer quelques messages de tolérance et d'humanisme, c'est encore mieux...

Votre livre décrit la vie d'un musicien. Etes-vous musicien vous-même ? Pourquoi le jazz ?

-P.H. : Je suis un grand amateur de musique, mais hélas pas un musicien moi-même ! J'apprécie particulièrement le jazz, qui est une musique qui vient du blues. Elle en a gardé la mélancolie mais avec des accents joyeux. Je trouve que le jazz représente une magnifique métaphore :  comment trouver des espaces de jubilation au sein de la mélancolie du monde...

Si votre livre est musical, il est aussi voyageur. Trois lieux principalement y sont représentés : Tunis, la France et les Etats-Unis....

-P.H. : Tunis, parce que mes parents y sont nés. J'avais envie de faire naître mon héros là où se trouvaient mes racines familiales. La France, car mes personnages fuient la guerre en trouvant refuge en Europe. Je souhaitais que mon héros soit élevé par "l'école de la France". Je dois beaucoup à cette école et c'est pourquoi je fais en sorte que mon association intervienne au sein des institutions scolaires pour rencontrer les très jeunes et leur ouvrir de nouvelles perspectives. Les Etats-Unis évidemment, car c'est la patrie du jazz. Les GI's américains ont apporté cette musique en venant en France lors de la Seconde guerre mondiale.

Votre héros démarre avec des difficultés dans la vie. Puis il se révèle avec son talent de musicien. Un destin qui va lui ouvrir les portes de l'accomplissement....

-P.H. : Le succès, c'est surtout une histoire de confiance et de travail. Chacun peut trouver son chemin, son talent. Mais il faut du courage, de l'implication. Et quelques rencontres, plus un peu de chance. Mais il faut avant tout croire en soi. Où puise-t-on cette confiance ? Dans l'affection des siens ? Dans le regard posé sur soi par un professeur ? J'ai été élevé dans la culture du travail et des études. Mais la confiance en soi est certainement le ferment essentiel pour toute évolution positive. Darius-Darry est un  personnage qui va se révéler hors des sentiers battus. Les grands destins prennent souvent des chemins de traverse.

Musical, votre livre l'est aussi par son rythme. Bien construit, riche de plusieurs mouvements. Et de nombreux instruments, car le récit est choral. Pourquoi cette volonté de multiples voix ?

-P.H.: J'ai tenu à beaucoup travailler la construction de mon récit. C'est pourquoi j'ai sélectionné onze chapitres, comme onze moments de la vie de Darius. Onze plans-séquences. Chacun de ces plans correspond à un moment-clé. Pour autant j'ai voulu qu'il existe un sentiment de fluidité et de continuité. C'était un peu un challenge. Dans un morceau de musique, il existe souvent différents mouvements aux tonalités différentes, qui font pourtant partie d'un ensemble. Et puis en effet mon deuxième challenge était que je voulais donner la parole à plusieurs personnes. Ce texte à plusieurs voix ne devait pas tourner à la cacophonie. Cet ensemble choral me permettait de donner une portée plus universelle au livre, ce que je souhaitais.

Et l'émotion est au rendez-vous ! La musique deviendrait presque la métaphore des liens invisibles entre les êtres humains ?

-P.H. : On ne va pas lever le voile sur la fin du livre pour vos lecteurs, mais il est vrai que le lien entre la mère et Darius est un des fils conducteurs du livre. Les mots, la musique, la peinture, l'art en général permettent d'approcher le mystère des liens entre chacun de nous. On ne le saisit jamais tout à fait. On croit l'attrapper, puis il nous échappe. Mais ce qui reste ancré, c'est la mémoire de l'affection et de la transmission. Comme une musique qu'on a entendue, qu'on n'oublie jamais et qui continue de se jouer en nous. C'est pourquoi je voulais que le titre du livre parle de "cœur battant". Le tempo de la musique est bien celui du cœur, pas celui du métronome.

>Philippe Hayat, Où bat le cœur du monde, Calmann-Lévy, 429 pages

En savoir plus

>Philippe Hayat explique en vidéo les ressorts de son livre :

À lire aussi

Pour la 17ème édition des Talents, Cultura apporte son soutien à une sélection de 12 révélations françaises issues de comités de lecture composés de clients, de blogueurs et de libraires : 4 auteurs de roman, 4 auteurs jeunesse et pour la première fois 4 auteurs de BD. L’engagement de Cultura à leurs côtés se caractérise par son originalité. Il révèle tout d’abord un intérêt marqué pour la diversité de la création et se distingue par un accompagnement dans la durée des auteurs soutenus. Les ouvrages de la sélection 2019 seront ainsi présents sur les tables de l’ensemble des librairies Cultura pendant un an et mis en avant en ligne sur cultura.com et lors de dédicaces en magasins.
Les 4 romans sélectionnés en 2019 sont :
« Ceux que je suis » d’Olivier Dorchamps (Finitude) 
« Où bat le cœur du monde » de Philippe Hayat (Calmann-Lévy)
« À crier dans les ruines » d’Alexandra Koszelyk (Aux forges de Vulcain)
« Le bal des folles » de Victoria Mas (Albin Michel)
>> Plus d'informations sur le site de Cultura

4
 

En ce moment

3 romans finalistes du Grand Prix de l'Académie française

Les membres de la commission du grand prix du Roman de l’Académie française ont arrêté leur deuxième et dernière sélection en ne retenant que 3 tit

Sylvain Prudhomme, lauréat 2019 du Prix Landernau des lecteurs

Après Serge Joncour pour Chien-loup (Flammarion), c'est au tour de  Sylvain Prudhomme d'avoir les honneurs du prix Lan

Deuxième sélection pour le prix Renaudot 2019

8 romans et 6 essais sont encore en lice dans la deuxèime sélection annoncée par le jury du prix Renaudot.

Deuxième sélection pour le prix Goncourt 2019

Neuf titres ont été retenus par les dix jurés de l'Académie Goncourt. Les quatre finalistes seront annoncés le 27 octobre à Cabourg, à l'occas

Le TOP des articles

& aussi