Prix Médicis

"Titus n'aimait pas Bérénice" : Nathalie Azoulai à la rencontre de Racine

Sur fond de rupture amoureuse, l'auteure, Nathalie Azoulai déchiffre l'énigme d'un écrivain tel que Racine. Titus n'aimait pas Bérénice est un ouvrage à cheval entre le XVIIème et le XXIème siècle. Le livre a obtenu le prix Médicis 2015.

Une auteure aux nombreux talents

Avant de se consacrer à l’écriture, Nathalie Azoulai a intégré l'Ecole Normale Supérieure et a obtenu l'agrégation de lettres modernes. Par la suite, elle a enseigné au sein d’un lycée puis s’est tournée vers l'édition avant de se mettre à écrire des romans. C’est en 2002 qu’elle sort son premier roman Mère agitée, sa renommée grandit au fur et à mesure qu’elle écrit . En 2004, elle publie C’est l’histoire d’une femme qui a un frère, en 2005 parait Les Manifestations, puis Une ardeur insensée en 2009, suivi de l’ouvrage Les filles ont grandi un an après. Désormais auteure de six romans elle a également participé à la réalisation de plusieurs scénarios pour le cinéma et la télévision. Son dernier roman Titus n'aimait pas Bérénice est son sixième roman, il retrace la vie de Racine tout en rationnalisant un chagrin d’amour.

La Bérénice de Racine

Alors que Titus et Bérénice, la pièce de Corneille ne compta que trois représentations, tous les amateurs parisiens de théâtre venaient voir et revoir Bérénice, la pièce de Racine mise en scène en 1670. Lors de la fondation de la Comédie-Française en 1680, le Roi Soleil a même choisi Bérénice. La tragédie de Racine naît de deux oppositions non associables. L’empereur Titus doit choisir entre diriger Rome et la passion qu’il éprouve  pour la reine étrangère, Bérénice.
Racine choisit de centraliser sa pièce sur l’unique drame : l’annonce du choix de Titus, celui de quitter Bérénice pour continuer à gouverner Rome. La passion commune des deux êtres est sincère et jamais remise en cause. C’est à partir du 4ème acte que la pièce de Racine prend sa tournure majestueuse, lorsque Titus avoue sa décision à Bérénice et qu’elle refuse de le quitter. Pourtant, au 5ème acte, les deux personnages se comportent de façon exemplaire et font preuve de force émotionnelle, ils acceptent leur séparation sans pour autant se donner la mort. Racine a voulu garder cette image parfaite d'un Titus renonçant à l'amour pour obéir au gouvernement. Et peut-être celle d'une Bérénice sacrificielle.

La Bérénice de Nathalie Azoulai

L’héroïne de Nathalie Azoulai est une femme de notre siècle qui se fait abandonner par son amant, Titus, qu’elle aimait passionnément. Commence alors pour elle une longue période de chagrin et de tristesse. Lorsqu’elle évoque son histoire avec ses proches, elle se rend compte que de ces conversations s’échappent des citations de Racine, l’auteur de la célèbre pièce de théâtre Bérénice. Pour tous les plus grands chagrins d’amour, on cite Racine. Par ces différents vers, l’héroïne va y trouver un véritable soutien, commencer une renaissance et apprendre doucement à faire face à cette rupture en se projetant dans la relecture des œuvres principales de Racine : Phèdre, Andromaque et surtout Bérénice. La Bérénice de Nathalie Azoulai va tellement se plonger dans les œuvres de Racine qu’elle en viendra à se demander pourquoi l'auteur a créé ces héroïnes aux inconsolables chagrins et remontera aux sources de cette création, l’auteur lui-même. Elle veut comprendre cet homme, aux ambitions théâtrales incommensurables, logé entre Port-Royal et Versailles, sous le règne de Louis XIV. Il a réussi la prouesse d’écrire des vers aussi justes et puissants sur la passion amoureuse et notamment à travers des sujets féminins. L’auteur a souhaité regrouper le maximum d’informations sur la personne qu’était Racine. Une chronologie est linéaire pour marcher dans les pas de de l’écrivain du XVIIème siècle. Toutes ces recherches font de Titus n’aimait pas Bérénice un ouvrage qui fait réfléchir sur l'universalité des ruptures amoureuses. Celle de l’héroïne est dû au fait que son amant Titus ne l’aimait pas autant qu’elle l’aimait, une conclusion qui permet une nouvelle vision de la pièce de Racine.

En quoi ce livre est-il marquant ?

Du mélange entre un chagrin d’amour du XXIème siècle et la pièce théâtrale, Bérénice, de Racine datant du XVIIème siècle en sort un roman inspiré, passionné et très pointilleux à propos de chaque recherche apportée sur Racine. Un texte érudit et sensible, qui montre la force des textes classiques et leur résonance avec l'époque contemporaine.Le roman de Nathalie Azoulai qui a été sélectionné pour les Prix Goncourt, Médicis et Femina 2015, a obtenu le prix Médicis.

En savoir plus

>> Regarder la vidéo de présentation du livre Titus n’aimait pas Bérénice par son auteur Nathalie Azoulai :

>> Lire un extrait de Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai :

0
 

En ce moment

Du 30 juin au 2 juillet : 20e festival international du roman noir à Frontignan

Pour célébrer son 20e anniversaire, le Festival international du roman noir / FIRN Frontignan créé par Michel Gueorguieff proposera 20 événements a

Les Espaces Culturels E. Leclerc reconduisent le Prix Landerneau des lecteurs

Présidé cette année par Christophe Ono-dit-Biot, aux côtés de Michel-Edouard Leclerc, le prix Landerneau des lecteurs fait le pari d’associer les c

Didier Decoin, lauréat 2017 du Prix des lecteurs L'Express/BFMTV pour «Le Bureau des jardins et des étangs»

Légende photo : à gauche, Guillaume Dubois, Directeur de L’Express et à droite, Christian Makarian, Directeur adjoint de l'Express entourent Di

Le TOP des articles

& aussi