Critique Libre

Le Diable de Radcliffe Hall

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4

Si Sade et Emily Brontë avaient donné naissance à une plume, celle de Stéphanie des Horts n’aurait certainement rien à lui envier. Son dernier livre, le Diable de Radcliffe Hall, est une gifle donnée avec un gant de soie, un roman chic et choc qui ne fait pas dans la dentelle. Etes-vous prêts à suivre la trop douce mais richissime Maisie Kane dans ses tribulations au sein de la scandaleuse et décadente famille Radcliffe ? Attention, qui s’y frotte s’y pique…

>Accéder à la fiche de Le Diable Radcliffe Hall
>Accéder à la fiche de Stéphanie des Horts

Médisances, luxe et chasse à courre

Adepte du politiquement correct s’abstenir. Dans le monde très british des Radcliffe, la beauté est inconditionnelle, porter du Vuitton devient vulgaire et l’inceste est outrageusement « tendance ». Mais qu’est-ce qui pousse donc Chas, Jude, Kiss et leur père Peter Radcliffe à prendre sous leur aile malfaisante la jeune Maisie Kane ? C’est peut-être la fascination mêlée au dégoût que la jeune américaine suscite. Sotte et bien trop grasse, fortunée et docile, elle a tout ce qu’il faut pour devenir le nouveau joujou de la famille : une vraie petite « Justine » dont les malheurs et la vertu excitent. Paradoxalement, sa seule alliée reste sa détestée Bessy Nounou, une vielle bonne d’origine noire américaine qui l’a quasiment élevée, toute en rides, et à cent lieues de la classe du majordome des Radcliffe – Peabody –, mais dont les bras mous et flétris consolent toutes les humiliations.

 

So British !

Stéphanie Des Horts, spécialiste de la littérature anglaise (elle se passionne notamment pour Shakespeare et Jane Austen), auteure de La scandaleuse histoire de Penny Parker-Jones et La splendeur des Charteris, aime s’inspirer de l’aristocratie anglaise pour forger la trame de ses romans. Dépeindre ces grandes familles huppées mais torturées, aussi attachées à leurs principes qu’à leur attrait pour la perversion, telle est la musique que compose des Horts. Et ça marche : le Diable de Radcliffe Hall c’est comme le chant des sirènes, on lit la première page, et séduit ou incommodé, on n’arrive pas à s’arrêter... les yeux dévorent le papier. Des Horts nous entraîne dans cette balade folle où le lecteur jongle entre les souvenirs d’enfance de Maisie dite « Kitty White » et sa rencontre avec ses tortionnaires raffinés. Dans ce roman imprévisible et délicieusement dérangeant, le beau monde pullule – on y croise les Churchill, Lady Diana ou encore la princesse Margaret – et c’est une somptueuse introduction aux mœurs  « de la haute » qui nous est offerte. Tout est permis tant que l’élégance est de mise. Mais Maisie apprend vite; l'élève pourrait bien dépasser le maître. Le rythme est soutenu, la pression monte au fil des pages, le retournement de situation commence peu à peu à démanger, mais on est bien loin de s’attendre au savoureux dénouement qui va nous être servi. Et après la dernière page, le mal est fait, on a déjà envie d’en reprendre…

En savoir plus

Stéphanie des Horts, Le Diable de Radcliffe Hall, Albin Michel - paru en février 2012

5
 

En ce moment

La 3è édition du festival Culturissimo se tient jusqu'au 25 juin 2016 dans les espaces culturels E.Leclerc

La 3ème édition du festival Culturissimo organisée par les espaces culturels E. Leclerc se tient jusqu'au 25 juin prochain. Un mois de...

Livres audio : une progression qui se confirme

Une enquête effectuée par l’Audio Publishers Association (APA) montre que la vente des livres audio continue de progresser fortement aux USA. Une...

Le festival du livre de Nice se tiendra du 3 au 5 juin 2016 sur le thème "Leçons d'histoires"

Pour sa 21è édition, le Festival du Livre de Nice ouvrira ses portes du 3 au 5 juin prochains! Elle sera placée sous le thème des "Leçons...

Thomas Reverdy, lauréat du Prix des libraires 2016 pour "Il était une ville"

Thomas Reverdy est le lauréat de la 62e édition du Prix des Libraires pour son roman, Il était une ville (Flammarion). Les deux autres...

Le TOP des articles

Oeuvre de Nonotak intitulée "Daydream v.2" 01
Tribune de Valérie Charolles

Comment construire un espace entre le réel et la fiction ?

Portrait de Colette en 1932 ( Photo Wikipedia) 02
Retour aux sources

La nouvelle vie de Colette

03
Cannes 2016

Livres et films : les liaisons heureuses

Gros plan sur l'affiche du film de Claude Autant-Lara avec Gérard Philippe et Danielle Darrieux tiré du roman de Stendhal 04
Feux de la rampe

"Le Rouge et le Noir" de Stendhal, un texte universel et inspirant

Détail de la couverture du livre de Lorraine Fouchet : "Entre ciel et Lou" 05
Liste de lecture

Notre sélection de livres qui sentent bon l'océan

& aussi

d'articles
Portrait de Colette en 1932 ( Photo Wikipedia)

La nouvelle vie de Colette

Détail de la couverture du livre de Lorraine Fouchet : "Entre ciel et Lou"

Notre sélection de livres qui sentent bon l'océan

"Ahlam": Marc Trévidic explore la montée de l'islamisme en Tunisie

"Alice au pays des merveilles" : le miroir du fantastique

"De nos frères blessés", le récit fulgurant de Joseph Andras

sur les auteurs

J-G Moreau

livres

J-G Moreau

livres

Albine Tangre

livres

Martin Kohan;

livres