Festival de Cannes

Le cinéma en toutes lettres

 Tous les ans, pendant le Festival de Cannes, le monde a le regard rivé sur le cinéma. Et tout le monde est emporté par le rêve que lui ouvre le 7 ème art. Un rêve qui, on ne le dit pas assez souvent, prend sa source de plus en plus souvent dans une oeuvre littéraire. Ces rapports entre cinéma et littérature ont-ils toujours été aussi féconds? Retour sur une petite histoire des relations entre ces deux disciplines qui semblent aujourd'hui ne pas pouvoir vivre l'une sans l'autre.

 

 

 

Littérature et cinéma : deux langages différents

Entre un texte et un film, le lecteur ou le spectateur passe d'une langue à une autre. Le passage des mots aux images est intéressant à étudier car il permet de retracer une histoire de l'époque contemporaine. L'image prend et a pris depuis plusieurs années une place de plus en plus importante. Elle règne toute puissante mais peut difficilement se passer du texte. 

La force du 7ème art

Après la Seconde Guerre mondiale, le cinéma s'est imposé comme un art à part entière. Quantité de revues vont naître. Le cinéma américain est découvert. De grands cinéastes sont reconnus parmi lesquels Jean Renoir ou encore Robert Bresson. L'auteur de film écrit à l'aide d'une caméra tandis que l'écrivain utilise une plume. Jacques Rancière, souligne en parlant de l'image qu' "elle est toujours un rapport entre deux choses". "L'image n'est ni une présence visible pure, ni un écran tendu devant les choses."

Adaptations de livres en films 

Près de quatre longs-métrages sur dix sont adaptés de textes littéraires. La journaliste Sophie Avon, membre de l'équipe du Masque et la Plume de Jérôme Garcin nous disait hier: "Il y a beaucoup de livres adaptés en films que j’aime en fait… « Villa Amalia », « les vestiges du jour », « Brockback Montain », « Les herbes folles », d’autres encore auxquels je ne pense pas forcément."

Pour ce 63ème festival de Cannes, nous attendons avec impatience l'adaptation de Madame de Lafayette par Bertrand Tavernier. Ce film  qui reprend le titre de l'ouvrage de Madame de Lafayette, "La Princesse de Montpensier" offre à l'actrice Mélanie Thierry son premier grand rôle à Cannes. L'adaptation est souvent risquée car si le livre donne au lecteur carte blanche sur les images qu'il se forme en lisant, le film quant à lui impose ses images.

"Les Herbes Folles" d'Alain Resnais exemple d'un dialogue réussi.

Alain Resnais dit être charmé par "la voix ironique et mélancolique" de l'écrivain Christian Gailly, auteur du livre "L'Incident" adapté au cinéma sous le titre Les Herbes Folles. Pour Alain Resnais, l'écriture de Gailly est avant tout musicale. Il souligne encore "ses dialogues sont comme des solos ou des numéros de duettistes qui n'attendent que des comédiens pour les dire". Il a décidé de changer le titre du texte pour le film. "Les Herbes Folles" dit Resnais sont "comme ces personnages qui suivent des pulsions totalement déraisonnables, comme ces gens qui profitent d'une fente dans l'asphalte en ville ou dans un mur de pierre à la campagne pour pousser là où on ne les attend pas". "Les Herbes Folles" est enfin comme disait notre confrère Pascal Merigeau "pas littéraire mais très cinématographique"

Jean Philippe Toussaint, auteur de livres et de films

Jean Philippe Toussaint est connu pour ses livres. On sait moins qu'il réalise aussi des films souvent tirés de ses propres ouvrages. Il expliquait à Laurent Hanson lors d'un entretien à l'institut français de Tokyo ses rapports avec le texte et l'image en soulignant:

"Oui, c'est différent. Les livres m'ont permis de faire des films. C'est parce que La Salle de bains a très bien marché, que quelqu'un a voulu faire un film, que ce film s'est fait. J'ai collaboré avec lui pour le scénario. J'ai commencé un peu à réfléchir à ça et j'ai eu envie de faire moi-même l'adaptation d'un de mes livres. Donc ça vient de la littérature et du fait que mes livres ont marché. Mais à part ça, c'est très différent. Dès lors que j'ai commencé, puisque j'ai fait l'adaptation de deux de mes livres, Monsieur d'après Monsieur, et La Sévillane d'après L'Appareil-photo, et à part le fait de prendre un point de départ qui est l'un de mes livres, j'ai tout de suite raisonné comme un cinéaste. Et je n'ai pas du tout cherché à être utile ou à rendre service à l'auteur du livre. Je me servais de ça, de l'auteur du livre, il se trouve que c'était moi, et j'écrivais un scénario qui collait plus ou moins."

De l'importance du "découpage"

"D'ailleurs la deuxième fois,  poursuit Jean-Philippe Toussaint, c'était un scénario beaucoup lâche, qui collait moins au livre. Et à partir de là un découpage, un travail proprement cinématographique qui n'a rien à voir avec le livre. Pour le dernier film que j'ai fait, il n'y a même plus de point de départ lié au livre puisque j'ai écrit un scénario original. Le point de départ était cinématographique, puis j'ai fait le découpage et le travail. J'ai entrepris ça il y a assez longtemps, plus d'un an, et je suis encore en train de travailler dessus maintenant puisque le montage n'est pas fini."

Pascal Quignard: "De Tous les Matins du Monde" à "Villa Amalia" 

L'auteur Pascal Quignard a reçu le prix Goncourt pour "Les Ombres Errantes" en 2006. Pourtant, malgré ce prix, son livre difficile s'est très mal vendu. Quelques années plus tard, il publie chez Gallimard le roman Villa Amalia. Le livre reçoit un bien meilleur succès. Mais, une fois que l'ouvrage est adapté au cinéma par Benoît Jacquot, et interprété par Isabelle Huppert et Jean-Hugues Anglade, le livre repart à nouveau. Désormais, il fait partie des livres qui ont très bien évolué et restent dans les esprits. 

Quignard a aimé le film de son roman "Villa Amalia" et la belle interpétation d'Isabelle Huppert. En revanche, il a été moins convaincu par l'autre adaptation de son livre "Tous les Matins du Monde" dont on peut tout de même souligner le raffinement dans l'esthétique des photos. Ce film a recu en 1991 le prix Louis Delluc. Il rend un bel hommage à la musique baroque et à Marin Marais.

En savoir plus

Festival de Cannes : du 16 au 27 Mai 2010

>>tout le programme sur le site du festival 

4.5
 

En ce moment

"La première fois", thème du nouveau concours de nouvelles lancé par MonBestSeller

Le site des auteurs indépendants et riches de nombreux talents, Mon Best Seller, lance un nouveau cocours de nouvelles sur le thème de

Olivier Norek lauréat 2019 du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs avec "Surface"

Le 42ème Prix Relay des Voyageurs Lecteurs a été décerné à Olivier Norek, pour son livre Surface aux éditions Michel Lafon.

"Ne reste pas à ta place", un livre inspirant de Rockaya Diallo

Après une belle bibliographie, la militante Rokhaya Diallo frappe fort avec son nouveau livre sorti le 27 mars dernier aux éditions Marabout.

"L'archipel français",de Jérôme Fourquet reçoit le Prix du livre Politique 2019

Le samedi 30 mars 2019, Jérôme Fourquet, directeur département de l'opinion de l'Ifop et politologue a reçu le prestigieux Prix du l

Le TOP des articles

& aussi