"Repose-toi sur moi"

Serge Joncour, lauréat du prix Interallié 2016

Serge Joncour reçoit le prix Interallié pour Repose toi sur moi (Flammarion). Celui qui succède à Laurent Binet, lauréat 2015 pour La Septième fonction du langage était le favori  :  le vote du jury l'a confirmé. Gaël Faye avec Petit pays, et Eric Vuillard avec 14 juillet étaient le deux autres challengers.

Et voilà! Serge Joncour remporte le prix Interallié 2016 . Encore un sucès pour le groupe Madrigal. Mais surtout un succès mérité pour l'auteur de Repose toi sur moi (Flammarion), qui a signé un livre rempli de finesse et de tendresse, malgré la noirceur du monde. Le jury présidé par Philippe Tesson, et composé de Laurent Binet, lauréat 2015, Gilles-Martin Chauffier, Stéphane Denis, Jacques Duquesne, Serge Lentz, Christophe Ono-dit-Biot, Jean-Marie Rouart, Jean-Christophe Rufin et Florian Zeller.

Le gagnant : Repose-toi sur moi, par Serge Joncour (Flammarion)

L’auteur : Né en 1961, Serge Joncour n’a pas toujours été écrivain. Il a exercé de nombreux métiers dont maître-nageur et publicitaire. En 1998 il publie son premier roman, "Vu", au Dilettante qui a obtenu le Prix France Télévisions en 2003. En l'an 2005, il a reçu le Prix de l'Humour Noir Xavier Forneret pour son livre "L'Idole". Il publie chez Flammarion "Que la paix soit avec vous" en 2006, "Combien de fois je t'aime" en 2008, "L'homme qui ne savait pas dire non" en 2009, "L'Amour sans le faire" en 2012. Deux de ses œuvres ont été adapté au cinéma. Son roman "U.V.", a été adapté en 2007 par Gilles Paquet-Brenner. En 2012, "L'idole" est adapté au cinéma par Xavier Giannoli sous le titre "Superstar" avec Kad Mérad et Cécile de France. Il s'agit de l'histoire d'un homme qui devient célèbre sans savoir pourquoi. Le film, est présenté en compétition officielle à la Mostra de Venise en 2012. Il a écrit le scénario du film "Elle s'appelait Sarah", d'après le roman éponyme de Tatiana de Rosnay, avec Kristin Scott Thomas, sorti au second semestre 2010

L’histoire : Aurore est styliste et mère de famille. Ludovic est un ancien agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils partagent la cour de leur immeuble parisien et se rencontrent car des corbeaux s'y sont installés. Leurs divergences pour régler ce problème les mènent à l'affrontement mais ils finissent par apprendre à se connaître.

Pourquoi il a gagné : Serge Joncour met en scène une rencontre improbable entre un ancien agriculteur et une styliste de mode. Avec une belle plume, l’auteur nous propose cette histoire d’amour entre deux solitudes. La délicatesse de Serge Joncour nous immerge dans l'intimité de ses deux personnages et leur profondeur psychologique. Le style d’écriture est très agréable, les phrases sont poétiques et mélodieuses, ce qui permet de se laisser facilement porter au fil des pages. Les descriptions et les dialogues se succèdent et donnent un vrai rythme au roman. Enfin un peu de douceur dans cette saison qui a retenu beaucoup de livres sur fond de violence et de guerre. Face à la noirceur du monde, les désillusions d ela vie, Serge Joncour nous anchante avec un livre qui ne promet pas la lune , mais sait parle de la vie tout simplement. 

Légende: Vue de la façade du Cercle de l'Union Interallié

>Les challengers

Petit pays, par Gaël Faye (Grasset)

L’auteur : Gaël Faye est né en 1982 au Burundi d'une mère rwandaise et d'un père français. En 1995, après le déclenchement de la guerre civile et le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, il arrive en France. Gaël Faye, qui passe son adolescence dans les Yvelines, découvre le rap. Il obtient un master de finance et travaille à Londres durant deux ans pour un fonds d'investissement. Il quitte la cité de Londres pour se lancer dans l'écriture et la musique. Franco-rwandais, Gaël Faye est auteur compositeur interprète de rap. En 2013 paraît son premier album solo, Pili Pili sur un Croissant au Beurre. Enregistré entre Bujumbura et Paris, il se nourrit d’influences musicales plurielles: du rap teinté de soul et de jazz, du semba, de la rumba congolaise, du sébène. En 2016, il sort un premier roman, "Petit pays".

L’histoire : En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français.

Pourquoi il a urait pu gagner : « Petit pays » retrace la période sombre du Burundi dans les années 90 à travers le regard innocent d’un enfant. A travers ce premier roman Gaël Faye nous parle un peu de son histoire.  Bien qu’il ait fait le choix de laisser de côté la violence et l’horreur de la guerre ce roman reste intense, bouleversant et émouvant. Le langage est simple et visuel. La plume très douce de l’écrivain est d’autant plus marquante au vu des circonstances. Gaël Faye écrit comme il chante, admirablement bien.Mais Gaël Faye venait de recevoir le prix du Premier Roman... Une récompense qui le plaçait un peu "hors jeu". 

14 Juillet, par Eric Vuillard (Actes Sud)

 

L’auteur : Né en 1968 à Lyon, Éric Vuillard est un écrivain et cinéaste français. Il publie un premier récit à l'âge de 31 ans. Puis deux livres au ton poétique où se mêlent la poésie et la narration dans un style très personnel, vif et imagé. Il est le réalisateur de deux films, L’homme qui marche et Mateo Falcone (d’après la nouvelle de Prosper Mérimée). Il est l’auteur également de Conquistadors, récompensé par le Grand prix littéraire du Web - mention spéciale du jury 2009 et le prix Ignatius J. Reilly 2010. Il a également reçu le prix Franz-Hessel en 2012 et le prix Valery-Larbaud en 2013 pour deux récits publiés chez Actes Sud, La bataille d'Occident et Congo. En 2014, il publie "Tristesse de la terre" qui obtient un beau succès et qui est sélectionné pour plusieurs prix littéraires.

L’histoire : La prise de la Bastille est l’un des événements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.

Pourquoi il aurait pu gagner : Que s’est-il exactement passé le 14 juillet 1789 ? C’est ce que nous raconte le roman historique Eric Vuillard. L’angle est original puisqu’on est transporté au milieu de ses hommes qui ont convergé vers la bastille ce jour de 1789, des hommes et des femmes du peuple qui se sont retrouvés là par hasard ou par conviction. A travers son roman il sort de l’anonymat ceux qui ont fait l’histoire. On se laisse emporter par les mots, les énumérations, des phrases qui donnent un rythme et une puissance au récit et qui donne vie à ces anonymes.

En savoir plus

>Suivez en direct les réactions sur Twitter

4
 

En ce moment

Ali Zamir reçoit le Prix roman France Télévisions pour "Dérangé que je suis"

Ali Zamir s'est vu remettre ce mercredi le prix France Télévisions 2019 pour son roman Dérangé que je suis aux éditions Le Trip

La lecture des enfants

La 7e édition des Petits champions de la lecture se poursuit, et les finales départementales approchent !

Amazon compte ouvrir de nouvelles librairies

Amazon, leader n°1 du e-commerce souhaite accroître les points de ventes « Amazon books ».

Le TOP des articles

& aussi