"Editeuriales"

Editeurs-Auteurs : une relation particulière

La relation qui existe entre un auteur et un éditeur est complexe. Parfois tumultueuse, parfois harmonieuse. Bien souvent décriés dans la profession littéraire, les éditeurs ont la vie dure. Et pourtant sans leur soutien, nombre écrivains n'auraient pu construire leur oeuvre. Du 7 au 18 mars 2017, pour la 3è année consécutive une manifestation littéraire originale est organisée par la ville de Poitiers. La finalité des Editeuriales est de favoriser la rencontre entre le public, les maisons d’éditions et les auteurs. Après Julliard (2015) et Actes Sud (2016) c’est aux éditions Flammarion que l’évènement donne carte blanche.

Auteurs - Editeurs, pour le meilleur et pour le pire

Comme dans un couple, la relation éditeur auteur est rythmée par des rencontres, des disputes, des contrats et des séparations. La figure de l’auteur émerge à la Renaissance, au moment où il développe des liens étroits avec celui qui transforme son texte en livre. Ce n’est qu’au XIXe siècle qu’apparaît réellement une fonction éditoriale distincte, assurée auparavant par des imprimeurs ou des libraires. À partir de ce moment l'éditeur obtient une place prépondérante en tant que médiateur. Il intervient afin de faire naître une œuvre et créer un lien entre l'auteur et le public.

Grandes et petites histoires de l'édition

Néanmoins cette relation importante peut, très souvent, être houleuse, voir tumultueuse. Ce travail de co-création amène parfois à des histoires d'amitié, comme pour Jules Vernes et Hetzel, ou parfois à des histoires plus tragiques de suicide, comme pour Nerval. Le problème le plus récurrent de cette relation édité / éditeur reste celui de la rémunération. En effet plusieurs auteurs déplorent un engraissement des éditeurs sur leur dos et sur leur travail. C'est notamment le cas de Louis Ferdinand Céline et Françoise Sagan convaincus d’être exploités. Lorsque Céline évoque Gallimard ce n'est pas pour dire des mots doux : « Tous les éditeurs sont des charognes… ». Sagan ne mâche pas ses mots non plus pour attaquer son éditeur : « C’est incroyable, l’écrivain se tape tout le boulot, le livre, les interviews et, six mois après, on lui envoie 18 % du prix total. Tout le reste a disparu dans les sphères… ». Cependant de ce travail en équipe émerge l'aboutissement d'un livre. L'auteur écrit le texte et l'éditeur le transforme en livre. Certains éditeurs s'investissent énormément  dans l'œuvre en conseillant, en intervenant sur le texte ou en imposant un cahier des charges.
Les maisons d'éditions détiennent donc une place importante dans la confection d'une œuvre. Cependant avec l'arrivée du numérique, la création d'une nouvelle ère de production et l'auto-édition, il est permis de se demander si le métier d'éditeur ne pourrait pas être remis en cause. Un sujet qui sera sûrement débattu pendant les Editeuriales.

Qu’est-ce que les Editeuriales ?

Le concept des Editeuriales est simple : réunir au sein d’un même lieu, la médiathèque de Poitiers, toute la chaîne du livre, c’est à dire auteurs, éditeurs, libraires et lecteurs. En donnant carte blanche à une maison d’édition les Editeuriales ont comme objectif de mettre en valeur un métier mal connu et bien souvent émaillé d’idées reçues et de contre-vérités. Cet évènement permet également aux éditeurs de se mettre en avant en faisant découvrir au public la diversité et la richesse de leurs catalogues. Avec plus de 3000 participants en 2016, les Editeuriales ce sont dix jours, dix rencontres, une vingtaine d’intervenants, dix auteurs invités et dix séances de dédicace. De plus la jeunesse est privilégiée puisqu’en coulisse, les Editeuriales, ce sont aussi des temps d’échanges entre des auteurs et des lycéens.

Une belle ambition en 2017

Cette année Serge Joncour et Mickael Launay rencontreront des classes de seconde et de première. Pour Anna Pavlowitch, directrice du département littérature de Flammarion, cette manifestation originale traduit la relation éditeur-édité ; « La relation entre les auteurs et leurs éditeurs excède nécessairement ce pour quoi elle se noue : publier le meilleur livre qui soit. Elle est avant tout une rencontre et s’inscrit dans un lien singulier. Car  si  publier  c’est  rendre  public  et  donc  prendre  le  risque  de s’exposer, tout commence dans l’intimité et la solitude à deux, celles que partagent l’auteur et son tout premier lecteur ».  Selon le maire de Poitiers, Alain Claeys, les Editeuriales sont un vrai plus pour la culture dans sa ville ; « Avec Les Editeuriales, véritable « marque de fabrique » propre à la Médiathèque, Poitiers souhaite ainsi proposer une programmation de qualité et variée, porteuse d’un état d’esprit singulier et adaptée à un large public, amateur d’auteurs en vogue ou à découvrir».

Flammarion, invité de la 3e saison des Editeuriales

Depuis 1876, les éditions Flammarion perpétuent, en se déployant selon les exigences du monde actuel, la démarche de leur fondateur, Ernest Flammarion, éditeur de Zola, Maupassant, Jules Renard, François Mauriac ou encore Colette. Présent très tôt en littérature avec une diversité d’auteurs, Flammarion représente aujourd’hui la littérature sous toute ces formes. Que ce soit la littérature française (Michel Houellebecq, Yasmina Reza, Serge Joncour, Diane Ducret…), la littérature étrangère (Jim Harrison, Doris Lessing…), les romans grand public (Gilles Legardinier, Helena Noguerra…) mais aussi à travers les enquêtes, les thrillers, les biographies, les autobiographies, le théâtre ou la poésie. A la première moitié du XXe siècle Ernest Flammarion décide d’élargir ses publications en introduisant de nombreux autres domaines. L’univers du savoir s’installe avec des écrivain comme Einstein, Jacques Derrida ou encore Fernand Braudel. Aujourd’hui cette catégorie occupe une place de choix avec des essais d’actualité et des collections couvrant les principaux champs disciplinaires, la philosophie (Michel Onfray, Luc Ferry…), les sciences (Pascal Picq, Stephen Hawking…) ou encore l’histoire (Elisabeth Badinter, Franck Ferrand…). Le secteur jeunesse est également présent au sein de la maison d’édition notamment à travers les collections Flammarion Jeunesse et Père Castor. L’éditeur propose une gamme complète de livres qui va des premiers livres d’images jusqu'aux romans pour les adolescents. La maison d’édition Flammarion a toujours voulu respecter l’ambition de son fondateur : « Proposer le meilleur contenu au plus grand nombre ».

Au programme des Editeuriales 2017

L'ensemble des rencontres se tient à la médiathèque François Mitterrand.

  • 7 mars - 19h : Rencontre avec Gilles Legardinier et son éditrice Anna Pavlowitch, animée par Sophie Raue (Responsable de la communication de Flammarion).
  • Le premier miracle : avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.
  • 8 mars - 18h : Rencontre avec Pascal Picq et son éditrice Mary Leroy, animée par Baptiste Liger (L’Express).
  • Premiers hommes : Pascal Picq raconte dans un récit complètement inédit nos origines communes avec les singes.
  • 9 mars - 19h : Rencontre avec Héléna Noguerra et son éditeur Guillaume Robert, animée par Baptiste Liger (L’Express).
  • Cia Amore : sur un pari, la jeune Cléo décide d’aimer et de se faire aimer par le premier homme dont elle croisera la route… Entre Paris, Nice et l’Italie, Cia Amore est une fugue cinématographique et passionnée comme une chanson d’été.
  • 10 mars -18h : Rencontre avec Diane Ducret et son éditrice Louise Danou, animée par Baptiste Liger ("L’Express").
  • Les Indésirables : 1940, Lisa et Eva partagent avec des centaines d’autres femmes la tare d’être allemandes, sans enfants, et d’avoir cherché asile en France. Déclarées « femmes indésirables », elles sont raflées et déportées au camp de Gurs. Dans cet univers hostile, elles vont lutter ensemble pour défendre ce qu’il leur reste de liberté.
  • 11 mars - 16h : Rencontre avec Jean-Luc Seigle et son éditeur Patrice Hoffmann, animée par Philippe-Jean Catinchi ("Le Monde").
  • Je vous écris dans le noir (Grand prix des lectrices de Elle 2015) : Jean-Luc Seigle signe un roman à la première personne où résonnent les silences, les rêves et les souffrances d’une femme condamnée à mort à trois reprises par les hommes de son temps. Elle s’appelait Pauline Dubuisson.
  • 14 mars - 19h : Rencontre avec Franck Ferrand et son éditeur Thierry Billard, animée par Alexandre Lacroix ("Philosophie Magazine").
  • L’Histoire au jour le jour : un livre illustré aux textes précis, truffé de détails et d’anecdotes, destiné à tous les curieux de l’Histoire mondiale.
  • 15 mars - 18h : Rencontre avec Laurent Seksik et Anna Pavlowitch, animée par Marianne Payot ("L’Express").
  • Romain Gary s’en va-t’en guerre : drame familial et historique, roman d’apprentissage et fable onirique, Romain Gary s’en va-t’en, guerre traverse 24 h de la vie du jeune Romain, une journée où bascule son existence.
  • 16 mars - 19h : Rencontre avec Serge Joncour et son éditrice Alix Penent, animée par Marianne Payot ("L’Express").
  • Repose-toi sur moi (Prix Interallié 2016) : dans ce roman de l’amour et du désordre, Serge Joncour porte loin son regard : en faisant entrer en collision le monde contemporain et l’univers intime, il met en scène nos aspirations contraires, la ville et la campagne, la solidarité et l’égoïsme, dans un contexte de dérèglement général de la société où aimer serait, semble-t-il, la dernière façon de résister.
  • 17 mars - 18h : Rencontre avec Mickaël Launay et son éditeur Christophe Absi.
  • Le grand roman des maths. De la préhistoire à nos jours : de la beauté du nombre Pi jusqu’aux théorèmes qu’il nous reste à découvrir, ce livre nous plonge dans une aventure palpitante, pour comprendre comment les mathématiques sont venues jusqu’à nous et nous les faire aimer !
  • 18 mars - 16h : Rencontre avec Audrey Pulvar et son éditrice Gaëlle Lassée, animée par Marianne Payot ("L’Express").
  • La Femme : d’objet à sujet, de la femme pécheresse à la femme admirée, Audrey Pulvar évoque les altérités et les contradictions des représentations féminines dans l’art. A l’occasion de la rencontre autour du livre La femme d’Audrey Pulvar, l’artothèque propose un accrochage « spécial femmes ». A découvrir dans l’espace artothèque et au niveau 0 de la médiathèque François-Mitterrand. Entrée libre.

> Plus d'informations sur le site de la médiathèque de Poitiers.

4
 

En ce moment

Du 30 juin au 2 juillet : 20e festival international du roman noir à Frontignan

Pour célébrer son 20e anniversaire, le Festival international du roman noir / FIRN Frontignan créé par Michel Gueorguieff proposera 20 événements a

Les Espaces Culturels E. Leclerc reconduisent le Prix Landerneau des lecteurs

Présidé cette année par Christophe Ono-dit-Biot, aux côtés de Michel-Edouard Leclerc, le prix Landerneau des lecteurs fait le pari d’associer les c

Didier Decoin, lauréat 2017 du Prix des lecteurs L'Express/BFMTV pour «Le Bureau des jardins et des étangs»

Légende photo : à gauche, Guillaume Dubois, Directeur de L’Express et à droite, Christian Makarian, Directeur adjoint de l'Express entourent Di

Le TOP des articles

& aussi